Coronavirus : Nice limite désormais les événements à 2.500 personnes

EPIDEMIE Le maire de Nice a pris la décision de réduire la jauge de 5.000 personnes imposée par le gouvernement dans le cadre de la crise sanitaire

20 Minutes avec AFP

— 

Déjà du monde sur les plages niçoises, le 11 juillet 2020.
Déjà du monde sur les plages niçoises, le 11 juillet 2020. — SYSPEO/SIPA

Nice va abaisser à 2.500 personnes la jauge maximum des événements autorisés, contre 5.000, et ce jusqu’au 15 août, a annoncé ce lundi le maire Les Républicains  Christian Estrosi, après avoir rencontré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

« L’irresponsabilité de certains met en cause la sécurité de tout le monde », a déclaré Christian Estrosi lors d’un point presse, après la polémique suscitée par la foule compacte massée sur la Promenade des Anglais samedi pour un concert gratuit.

Masque « systématiquement obligatoire »

Accusé par ses détracteurs d’avoir laissé transformer le bord de mer en boîte de nuit géante, après avoir pourtant multiplié les mesures contre le virus durant le confinement, Estrosi a contre-attaqué : « Là où le gouvernement a fixé des règles à 5.000 personnes, moi j’ai décidé que ce serait 2.500 pour ma ville, et que le port du masque serait systématiquement obligatoire car la seule recommandation du masque n’est pas suffisante ».

« Ce sera comme ça tout l’été », a-t-il dit, avant de nuancer et d’annoncer un point d’étape le 15 août selon l’évolution de l’épidémie. Le 29 août, Nice accueillera l’un des rares événements planétaires rescapés de cette période avec le départ du Tour de France, qui attire d’ordinaire les foules et dont la ville attend d’importantes retombées.

Darmanin invite à « être citoyen »

Christian Estrosi venait de s’entretenir avec le nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui a entièrement dédouané la municipalité, organisatrice de ce concert électro du DJ niçois The Avener : « Les choses ont été faites en lien avec l’Etat, qui a autorisé la manifestation, et à aucun moment de la soirée les choses n’ont débordé le cadre autorisé par l’Etat ».

Mais « indépendamment des maires et indépendamment de l’Etat, c’est à chacune et chacun d’avoir les bons gestes, il faut être citoyen », a insisté le ministre, refusant de se prononcer sur le port obligatoire du masque : « Il faut porter le masque au maximum. (…) Si chacun avait la possibilité de tenir (les) gestes barrière, si chacun faisait quelque chose pour son pays, alors les choses seraient sans doute plus simples ».

Christian Estrosi avait déjà tenté de rendre le port du masque obligatoire à Nice dans l’espace public, via un arrêté pris le 7 mai. Mais il avait dû faire marche arrière dès le 11 mai, le jour du déconfinement, avec un nouvel arrêté imposant seulement le port du masque quand les règles de distanciation sociale ne sont pas applicables.