Nice : CRS sur place 24h/24, filtrage… Tout un quartier verrouillé après des règlements de comptes

SECURITE Des rixes ont fait plusieurs blessés ces derniers jours dans le secteur des Liserons, sur fond de trafic de drogue

Fabien Binacchi

— 

Des véhicules de CRS (Illustration)
Des véhicules de CRS (Illustration) — Clément Follain / 20 Minutes
  • Une compagnie de CRS va contrôler les entrées et sorties dans le quartier des Liserons à l’est de Nice.
  • A quelques jours du second tour des élections municipales, le sujet des violences dans ce secteur sensible de la ville fait s’opposer Christian Estrosi et le candidat RN Philippe Vardon.

Des tirs d’armes de guerre, des blessés par balle ou à l’arme blanche… Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces derniers jours ont été compliqués dans le quartier des Liserons, une zone sensible de l’est de Nice touchée par des trafics de drogue et des règlements de comptes. Ce lundi, après une nouvelle rixe qui a encore envoyé trois individus à l’hôpital dans la nuit, Christian Estrosi a annoncé l’arrivée, dès 20 h, d’une compagnie de CRS. Une mesure qu’il avait réclamée dans la matinée au ministre de l’Intérieur.

Ces renforts, présents 24h/24 et 7j/7, fonctionneront « comme un poste de douane », précise la ville à 20 Minutes. Les entrées dans le quartier ne seront autorisées que sur présentation de papiers d’identité et d’un motif valable, a également expliqué le maire de Nice, après une réunion avec le préfet des Alpes-Maritimes.

« On s’attend peut-être à des réactions violentes »

Dans un communiqué, Bernard Gonzalez confirme la mise en œuvre des « moyens de l’État afin d’assurer la sécurité des citoyens notamment à l’aide d’une unité de CRS, des effectifs de la police nationale et de la gendarmerie avec, dès ce [lundi] soir et sur le terrain une présence significative au soutien de la sécurisation ».

« On s’attend peut-être à des réactions violentes. Ce sont des gens organisés. On va surveiller d’autres lieux de la ville », a aussi déclaré Christian Estrosi, précisant qu’un hélicoptère devrait également venir quadriller régulièrement la zone.

Il indique avoir demandé que cette compagnie de CRS soit installée « durablement » aux Liserons « pour rassurer la population » mais aussi pour « soulager la police nationale, dont nous avons besoin ailleurs au moment où la saison touristique démarre ».

Rénovation urbaine ou expulsions

Le maire LR de Nice, qui jouera sa réélection le 28 juin, a tout de même affirmé que la solution serait la « rénovation urbaine » dans ce secteur qui accueille 2.500 habitants. Une solution avec de « l’argent public déversé à grands flots » qu’écarte son outsider, Philippe Vardon. « Le rétablissement de la sécurité aux Liserons passera par des expulsions » pour « les criminels étrangers », tranche le candidat du RN.

L’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) a déjà signé un contrat avec la ville un contrat pour un programme de démolition reconstruction dans ce quartier, précise la municipalité. Le but, selon la collectivité est « d’offrir aux populations d’autres solutions de logement » qui permettront également « de purger des situations qui favorisent des circulations dans les caves et sur les toits ».