Nice : « Si ça dure, les licenciements vont arriver »… Très inquiets, les salariés de l’aéroport manifestent

COVID-19 Le nombre de vols en juin n'atteint que 10% du niveau normal et la plateforme n'a pas prévu de rouvrir son terminal 1 avant le premier trimestre 2021

Fabien Binacchi
— 
Entre 180, selon la police, et 400 personnes, d’après la CGT, étaient réunies
Entre 180, selon la police, et 400 personnes, d’après la CGT, étaient réunies — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • L’aéroport de Nice fonctionne au ralenti depuis le début de la crise sanitaire faute à un nombre de vols très réduits.
  • Une manifestation de salariés inquiets a eu lieu ce mercredi matin.

Les portes sont toujours closes au terminal 1 de l’aéroport de Nice. Et dans le second aérogare, il n’y a bien que la pharmacie qui accueille les passagers (bien peu nombreux pour un mois de juin) en zone publique. Les autres commerces et beaucoup de guichets sont toujours fermés. La situation perdure depuis le début de la pandémie du Covid-19 et ne devrait pas beaucoup s’améliorer malgré l’été.

L'aéroport n'accueille que 500 passagers par jour en ce moment
L'aéroport n'accueille que 500 passagers par jour en ce moment - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« Sur le mois de juin, je ne travaillerai qu’une journée. Ensuite, ce sera un peu mieux, mais on restera majoritairement au chômage partiel, explique une agente d’escale, employée par la société Aviapartner. Et si ça dure, les licenciements vont arriver. » Comme elle, ils étaient 400, selon la CGT, et 180, d’après la police, à manifester ce mercredi matin devant le terminal 2 de la plateforme azuréenne.

L’aéroport lui-même n’exclut pas des licenciements

« Entre les emplois directs et les sous traitants, l’aéroport de Nice, c’est 7.000 personnes. Et vu que le niveau des vols ne reprend pas, la situation est très inquiétante, estime Gérard Ré, le secrétaire général de la CGT 06. On demande un engagement ferme que la totalité des emplois soit préservée jusqu’à la reprise. » Le syndicat annonce avoir saisi la préfecture.

Mais, déjà, l’aéroport lui-même « n’exclut pas de devoir engager des licenciements » parmi sa masse salariale directe, soit 600 personnes, dont 80 % sont toujours en chômage partiel, indique un porte-parole.

Jusqu’à -99,8 % de trafic depuis le début de la pandémie

« Le trafic, qui a baissé jusqu’à -99,8 % pendant la crise, ne reprend que modestement. Et nos prévisions de vols ne nous permettent pas d’envisager une réouverture du terminal 1 avant le premier trimestre 2021 », indique la même source. Fin juin, le volume de vols mensuel devrait atteindre 150 contre 1.500 habituellement. Une montée en puissance dépendra des éventuelles réouvertures de frontières.

« Les étrangers sont nos principaux clients et ils manquent terriblement, indique aussi Nathalie Pena, titulaire CGT pour la société Dufry, qui gère des boutiques de luxe dans l’aéroport. On nous a demandé de rouvrir vendredi pour une semaine de test avec 15 employés sur 46. Mais si le chiffre d’affaires ne redécolle pas, on nous a déjà prévenus qu’on devrait refermer. »