Déconfinement à Nice: Iconic et d'autres projets en retard avec la (très) lente reprise du BTP

CRISE SANITAIRE Les chantiers doivent apprendre à s’adapter au nouveau coronavirus

Fabien Binacchi

— 

Sur le chantier du futur complexe Iconic, à Nice, ce mardi matin
Sur le chantier du futur complexe Iconic, à Nice, ce mardi matin — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Après deux mois de fermeture, certains chantiers sont réactivés dans des configurations ralenties.
  • A Nice, le chantier Iconic aura au moins six mois de retard supplémentaires.

Les grues ne tournent pas. Et on n’entend plus que quelques bruits entre les façades en construction. Sur le chantier d’Iconic, le futur bâtiment « diamant » attendu près de la gare de Nice, les affaires reprennent après deux mois d’interruption liés à la crise sanitaire du Covid-19. Mais dans tous les cas au ralentit.

« Il y avait plus de 50 salariés en temps normal. Ils sont moins de vingt aujourd’hui, explique Cyris Villedieu, le directeur du pôle travaux à la Compagnie de Phalsbourg, l’aménageur du futur complexe commercial et culturel. Il y a eu des difficultés pour s’approvisionner en matériel de protection contre l’épidémie, mais aussi pour certains matériaux, et notamment pour la charpente. »

Encore 30 % des chantiers totalement à l’arrêt

Et dans ces conditions encore floues, les responsables du chantier, interrogés par Christian Estrosi mardi sur le chantier, étaient bien incapables d’estimer une nouvelle date de livraison précise. Le complexe, qui avait déjà trois mois de retard sur le calendrier initial, devait accueillir le public dès janvier 2021. Le maire (LR) de Nice table, lui, sur « une ouverture pour le dernier semestre 2021 ».

Et il explique que la reprise est compliquée dans beaucoup de zones de travaux. « Sur 165 chantiers courants et 43 chantiers prioritaires identifiés sur notre territoire, 33 ont pu redémarrer immédiatement » avec le déconfinement, avance Christian Estrosi. D’autres, comme celui du magasin Ikea dans la plaine du Var, sont en train d’être réactivés.

« Mais 30 % des chantiers qui étaient lancés dans le département sont toujours à l’arrêt, précise Laure Carladous, la présidente de la Fédération du BTP 06. Les choses sont un peu plus simples sur les petits travaux privés. Mais pour les chantiers de taille importante, la préparation d’une reprise, dans des conditions sanitaires acceptables, est longue et fastidieuse. »