VIDEO. A Marineland, les trois oursons polaires nés fin 2019 sont sortis de leur tanière

PREMIERS PAS Les militants anticaptivité ne désarment pas à propos de la présence de ces animaux sur la Côte d'Azur

Fabien Binacchi

— 

Les petits sont partis à la découverte de leur enclos
Les petits sont partis à la découverte de leur enclos — Marineland
  • Fin 2019, des triplés oursons blanc sont nés au parc Marineland d’Antibes.
  • Ils viennent de faire leur première sortie, sans public du fait du confinement.
  • Des militants anticaptivité dénoncent la présence de ces animaux sur la Côte d’Azur.

Leurs premiers pas à l’extérieur de leur tanière devaient se faire en public. Le confinement en a décidé autrement. Après plusieurs mois passés à l’abri de tous les regards, au plus près de leur mère, les trois oursons blancs nés à Marineland fin 2019 sont sortis visiter leurs enclos, a annoncé le parc animalier d’Antibes, toujours fermé, ce lundi.

La petite femelle et les deux mâles, qui pèsent désormais une vingtaine de kilos chacun (contre 500 grammes à la naissance), sont également passés entre les mains des soigneurs qui se sont assurés de leur bonne santé. Et tout va bien. Les nouveaux pensionnaires du parc se sont montrés « curieux et intrépides, mais encore un peu maladroits » lors de leurs premières explorations, avance Damien Montay, le directeur zoologique de Marineland.

Des naissances de triplés très rares

La naissance de ces petits, issus de Flocke, la femelle de Marineland et Raspoutine, transféré depuis dans un autre parc en Grande-Bretagne, était une « excellente nouvelle pour le Programme européen d’élevage (EEP) auquel Marineland participe », avait insisté le parc. Les triplés ne représentant que 2,5 % des naissances d’ours blancs.

Mais « l’heureux événement » partagé par le centre antibois n’en est pas un pour les associations anticaptivité. « Cela ne nous réjouit pas. En juin 2018, nous alertions sur les conditions de vie des ours polaires dans le Sud la France », rappelle notamment C’est assez.

Un climat « totalement délétère pour eux »

Une pétition lancée alors pour le transfert de Raspoutine, souffrant, selon ces défenseurs des animaux, de la chaleur de la Côte d’Azur, a récolté plus de 270.000 signatures.

« Nous continuerons à nous battre pour que de tels animaux ne soient plus gardés dans un climat totalement délétère pour eux », appuie encore l’association. En 2018, la direction de Marineland avait fait venir un huissier dans l’enclos des ours blancs pour pouvoir faire constater la présence de grottes de glace et de zones d’ombre.

Le parc, fermé au moins jusqu’au 30 juin, s’est donné jusqu’au 11 mai pour trouver des noms à ses nouveaux pensionnaires. Le public est appelé à voter via un site Internet.