Coronavirus : Et si Nice devenait une ville plus « vélo » à la sortie du confinement ?

DEPLACEMENTS Christian Estrosi « veut tirer les leçons de la crise » en réservant certains axes au vélo, une initiative que le gouvement va soutenir 

Fabien Binacchi

— 

Des pistes cyclables ont récemment été aménagées sur la « trame verte »
Des pistes cyclables ont récemment été aménagées sur la « trame verte » — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Pendant un mois, la mairie de Nice veut « tester l’interdiction de rouler en voiture sur certains axes pour favoriser le vélo et éviter un confinement dans les transports en commun ».
  • L’association Nice à vélo veut de nouvelles installations pérennes et estime que « les habitudes doivent changer et pour de bon ».

Nice, à la traîne pour les infrastructures consacrées aux déplacements à vélo, pourrait-elle faire sa révolution en la matière à la faveur de la crise sanitaire ? C’est en tout cas ce qui se dessine.  Christian Estrosi explique qu’il veut « tirer les leçons de cette expérience inédite du confinement » pour, peut-être, changer de braquet.

Alors l’idée est claire aujourd’hui : multiplier les possibilités de circuler sur ces deux-roues plutôt que de voir s’enfermer trop d’habitants dans les bus et les tramways dès le début du déconfinement. Les vélos bleus seront gratuits sur une période limitée et « pendant un mois, nous allons tester l’interdiction de rouler en voiture sur certains axes pour favoriser le vélo et éviter un confinement dans les transports en commun », a annoncé le maire.

E-vélo bleu, service de location de vélos électriques à Nice
E-vélo bleu, service de location de vélos électriques à Nice - J.Hauvel / ANP / 20 Minutes

Des aides du gouvernement

La philosophie est suivie par d’autres municipalités et le gouvernement a d’ores et déjà annoncé qu’il allait débloquer 20 millions d’euros pour « que la bicyclette soit la petite reine du déconfinement », dixit la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne.

Un forfait de 50 euros sera notamment octroyé aux personnes voulant faire réparer leur deux-roues et des fonds seront alloués aux collectivités qui préparent des pistes cyclables provisoires. Comme Nice veut justement le mettre en place.

« Les habitudes doivent changer et pour de bon »

Les 65 kilomètres de voies cyclables en site propre, existantes aujourd’hui dans la capitale azuréenne, seraient doublés pendant cette expérimentation. Une bonne nouvelle pour Nice à vélo qui demandait dès le 22 avril « l’ouverture urgente de nouvelles pistes cyclables pour permettre des déplacements en respectant la distanciation physique ».

« Reste à savoir où elles seront positionnées et dans quelle condition de sécurité », appuie Muriel Giraud, la présidente de l’association. « Et ce qu’il faut surtout, c’est que ces nouvelles installations soient pérennes, insiste-t-elle. La crise a peut-être au moins le mérite de nous faire comprendre que les habitudes doivent changer et pour de bon. En Allemagne, ce dispositif a été mis en place même pendant le confinement. »

Des demandes sur des axes de centre-ville

Alors quels axes seront concernés ? Le maire devrait présenter les lignes précises de son plan en début de semaine prochaine, explique-t-on en mairie. En attendant, des consultations ont commencé auprès des usagers. Nice-Matin a lancé un sondage et Nice à vélo a interrogé ses adhérents sur son site Internet et sa page Facebook.

« Les premières demandes se concentrent sur des axes du centre-ville, le boulevard Gambetta notamment, note Muriel Giraud. Une bonne option serait aussi de réserver, sur l’axe nord sud, la rue Diderot et l’avenue Villermont, parallèles à l’avenue Malausséna et à la circulation de la ligne 1 du tramway ». Tramway que la mairie entend aussi adapter au déconfinement. La ville promet « une désinfection des rames à chaque terminus » et « des distributeurs de gel hydroalcooliques » installés dans les stations.