Coronavirus à Nice : La ville interdit la location Airbnb et les réservations dans les hôtels pendant les vacances

ARRETES Christian Estrosi demande même à l’Etat de solliciter Enedis pour vérifier que les résidences secondaires ne sont pas occupées

Fabien Binacchi

— 

Airbnb et les dispositifs « anti fête »
Airbnb et les dispositifs « anti fête » — Pixabay

Parce que la tentation pourrait être grande d’outrepasser les règles du confinement, avec les vacances de Pâques qui commencent, la ville de Nice a décidé de serrer la visse dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Elle annonce ce vendredi soir « la prise d’un arrêté municipal interdisant toutes activités de locations de type  Airbnb, sauf pour les logements déjà occupés dans le cadre du confinement, et les hébergements hôteliers à des fins de villégiature ».

La démarche est, dit la mairie, soutenue par le syndicat des hôteliers. Le maire Christian Estrosi demande, par ailleurs, « au préfet des Alpes-Maritimes de conforter cet arrêté municipal par un arrêté préfectoral, pris à l’échelle de l’ensemble de la métropole ».

Vérifier l’utilisation électrique dans les résidences secondaires

L’élu veut même aller plus loin et indique avoir « sensibilisé les autorités de l’Etat afin qu’elles puissent solliciter Enedis pour vérifier que les résidences secondaires ne soient pas occupées pendant la période des vacances ». Il réclame aussi un renforcement des contrôles sur l’autoroute et aux sorties des gares et de l’aéroport.

Un arrêté municipal a également été pris pour forcer la fermeture des hypermarchés le dimanche et ainsi « éviter que les centres ne se transforment en lieux de promenade dominicale ». La démarche, « soutenue par les directeurs des principaux hypermarchés de Nice » (Leclerc Saint-Isidore, Carrefour Lingostière, Carrefour TNL), ne concerne pas les supermarchés de quartier, précise enfin la municipalité.