Coronavirus à Monaco : Le chantier de l'extension en mer ralenti mais pas stoppé

CRISE SANITAIRE La plateforme doit être livrée à la fin 2020 pour permettre le lancement des travaux de constructions d'immeubles et de villas

20 Minutes avec AFP

— 

Le chantier, le 9 juillet 2019
Le chantier, le 9 juillet 2019 — V. Hache / AFP

« Le nombre de personnes sur le site passe de 300 compagnons ou ouvriers à une quarantaine, essentiellement pour la mise en sécurité du chantier, et ça va encore se réduire d’ici la fin de semaine. » Les travaux historiques qui doivent permettre à Monaco de gagner six hectares sur la Méditerranée sont considérablement ralentis mais pas stoppés pendant la crise sanitaire du Covid-19, a indiqué un sous-traitant ce jeudi.

La plateforme doit être livrée à la fin 2020. Des zones sont déjà prêtes pour réaliser les fondations des cinq immeubles et quatorze villas qui doivent être édifiés d’ici 2025 et commercialisés à 100.000 euros le m2. Lancé en 2016, ce chantier, d’un montant total de 2 milliards d’euros, est sans équivalent en raison de ses contraintes sismiques et environnementales et de sa profondeur, à -50 m.

Un début de polémique a éclaté sur les réseaux sociaux

« On ne ferme pas des chantiers comme une porte de placard », explique à Nice-Matin Patrice Pastor, président délégué de l’entreprise monégasque JB Pastor & Fils, qui fait partie de la société d’aménagement avec une dizaine d’autres investisseurs. Le chantier « restera ouvert, et les activités maritimes et terrestres seront limitées et feront l’objet d’un dispositif de suivi en parfaite adéquation avec les recommandations sanitaires que nous prenons très au sérieux », dit-il.

Un début de polémique a éclaté sur les réseaux sociaux. Des résidents se plaignant du vacarme des engins de différents chantiers, alors que les mesures de confinement ont imposé l’arrêt de toute activité, y compris les casinos.