La première Maison de l’intelligence artificielle de France s’installe à Sophia Antipolis

VISITE GUIDEE Le lieu qui vient d'ouvrir a pour but de faire découvrir l'intelligence artificielle, de favoriser l’innovation dans le domaine, tout en réfléchissant aux enjeux éthiques.

Jonathan Hauvel

— 

Le showroom de la maison de l'intelligence artificielle, à Sophia Antipolis, est découpé en alvéoles Lancer le diaporama
Le showroom de la maison de l'intelligence artificielle, à Sophia Antipolis, est découpé en alvéoles — J. Hauvel / ANP / 20 Minutes
  • La maison de l’intelligence artificielle a été inaugurée au 1361, route des Lucioles, à Sophia Antipolis.
  • Le bâtiment est une première en France.
  • Trois pièces permettent de s’emparer de cette technologie : le lab, le showroom et la training room.

Le bruit d’un verre qui casse retentit dans la pièce. « C’est pas moi », lance SPooNy. Ce personnage est l’agent d’accueil virtuel de la maison de l’intelligence artificielle (Mia), inaugurée à Sophia-Antipolis, au 1361, route des Lucioles. Unique en France, la structure a pris place dans les anciens locaux du CNRS, pour un montant d’un million d’euros, investis par le département des Alpes-Maritimes.

SPooNy accueille les visiteurs de la maison de l'intelligence artificielle à Sophia Antipolis, dans les Alpes-Maritimes
SPooNy accueille les visiteurs de la maison de l'intelligence artificielle à Sophia Antipolis, dans les Alpes-Maritimes - J. Hauvel / ANP / 20 Minuts

Le Lab, un lieu de collaboration

Premier espace accessible, le Lab IA est dédié aux start-up, aux entreprises, à la recherche et aux collectivités afin de mener des projets communs. Lors de l’inauguration, la SCIC Tetris et le département des Alpes-Maritimes y ont présenté leur système d’analyse de flux vidéo de trafic routier. Encore en test, ce service permet, entre autres, de réaliser des comptages de véhicules à l’entrée d’un tunnel, en temps réel ou en différé. En parallèle, cette technique devrait être utilisée par les cyclistes grassois afin de documenter l’état des itinéraires et de faire remonter les données récoltées à l’administration.

Le lab IA de la maison de l'intelligence artificielle à Sophia Antipolis, dans les Alpes-Maritimes
Le lab IA de la maison de l'intelligence artificielle à Sophia Antipolis, dans les Alpes-Maritimes - Département des Alpes-Maritimes
Nicolas Laurent-Brouty, chef de projet mobilité au sein du département des Alpes-Maritimes, présente un service d'analyse de flux routier basé sur la vidéo
Nicolas Laurent-Brouty, chef de projet mobilité au sein du département des Alpes-Maritimes, présente un service d'analyse de flux routier basé sur la vidéo - J. Hauvel / ANP / 20 Minutes

L’IA s’expose au showroom

D’une surface de 300 mètres carrés, le showroom permet au grand public de découvrir les cas d’utilisation de l’intelligence artificielle. Et aux professionnels de guetter les innovations présentes sur le territoire des Alpes-Maritimes.

Quatre thématiques ont été sélectionnées : IA & santé, IA & vie quotidienne, IA & art/culture/loisirs et IA & territoire.CityScan fait partie de cette dernière. Le service immobilier développé à Sophia-Antipolis utilise l’IA afin de cartographier la pollution de l’air. Il devient dès lors possible pour un acheteur de savoir s’il pourra respirer sainement dans son nouveau quartier.

Le data scientist Gabriel Vatin présente CityScan dans le showroom de la maison de l'intelligence artificielle à Sophia Antipolis, dans les Alpes-Maritimes
Le data scientist Gabriel Vatin présente CityScan dans le showroom de la maison de l'intelligence artificielle à Sophia Antipolis, dans les Alpes-Maritimes - J. Hauvel / ANP / 20 Minuts

S’informer à la training room

Articulée autour d’un écran, cette salle sera dédiée aux colloques et aux événements ayant pour thème… l’IA. « Les salariés du public et du privé, dont les métiers vont changer avec l’IA, y seront également formés », précise Paul Sgro, directeur technique de la transformation numérique pour le département. Quant au grand public, l’accès lui sera réservé dans le cadre de visites organisées auprès des scolaires ou encore par des associations.

Mettre l’humain au centre de l’intelligence artificielle

« Le danger est d’entrer dans une société qui perd de son sens et son humanité. C’est pourquoi il faut que nous instaurions une véritable éthique », a déclaré Charles-Ange Ginésy, président du département des Alpes-Maritimes, lors de l’inauguration. Pour « inspirer la France et l’Europe », l’Observatoire des impacts technologiques, économiques et sociétaux de l’intelligence artificielle (Otesia) a été lancé en novembre dernier.