Coronavirus : Le Festival de Cannes prêt à « s’adapter à la législation » pour avoir bien lieu

MENACE « S’il faut fermer une partie des salles de projection, nous le ferons », indique une porte-parole de la manifestation

Fabien Binacchi

— 

Sur le tapis rouge du Festival de Cannes en mai 2019 (Illustration)
Sur le tapis rouge du Festival de Cannes en mai 2019 (Illustration) — VIANNEY LE CAER/INVISION/AP/SIPA
  • Cannes a déjà eu à subir plusieurs annulations de congrès à cause du coronavirus.
  • Le Festival de Cannes se prépare pour avoir lieu du 12 au 23 mai, avec des adaptations si besoin pour « coller aux législations » en vigueur pour la lutte contre la propagation du virus.
  • L’organisation est notamment prête à limiter la jauge de certaines salles de projection.

Mipim reporté, MipTV annulé… A Cannes, le coronavirus a déjà bien chamboulé le programme des congrès (et miné l’économie locale). Mais le festival du film est-il lui aussi menacé ? Si les professionnels locaux du tourisme multiplient les incantations pour ne pas se voir priver (en plus) de la manne de la fête du cinéma, les équipes de la manifestation affirment être « au travail » pour préparer la 73e édition, programmée du 12 au 23 mai. Elles se disent aussi prêtes à s’adapter aux directives en vigueur pour lutter contre la propagation du Covid-19.

« S’il faut fermer une partie des salles de projection, nous le ferons », indique une porte-parole du Festival de Cannes, interrogée par 20 Minutes. « Si les limitations en vigueur sont toujours de moins de 1.000 personnes dans un même lieu, nous pourrions notamment fermer le balcon du Grand auditorium », précise-t-elle. La salle de gala du Palais des festivals compte 853 places à l’orchestre et 1.456 au balcon.

Des demandes d’accréditation en hausse de 9 %

En attendant d’éventuelles décisions et adaptations, la préparation de l’événement suit son cours. Pierre Lescure et Thierry Frémaux, le président et le délégué général du festival, ont prévu de dévoiler la sélection officielle de cette 73e édition le 16 avril à Paris. Sans défection pour le moment. Au contraire même. Le 6 mars, l’organisation indiquait que les demandes d’accréditations se poursuivaient « à un rythme soutenu, en hausse de 9 % ».

« La direction est en rapport avec la mairie de Cannes et la préfecture et prendra toutes les mesures nécessaires pour respecter la législation », avance encore cette même source. Le Marché du film, le salon professionnel qui se déroule pendant toute la quinzaine dans les espaces d’exposition du centre de congrès, pourrait lui aussi avoir à s’adapter. L’an dernier, il avait réuni 12.527 accrédités venus des quatre coins du monde.

Le Festival de Cannes, c’est 195 millions d’euros de retombées

Le Palais des festivals de Cannes se met en tout cas en ordre de bataille en « renforçant les équipes médicales sur place, à l’occasion de chaque événement, avec un personnel formé et équipé de matériel adapté pour la détection de température ». Il est également prévu par les équipes du centre de congrès un « nettoyage supplémentaire et un programme de désinfection dans toutes les zones très fréquentées ».

En 2018, selon les derniers chiffres communiqués par la direction du tourisme de Cannes, le festival du film avait engendré 195 millions d’euros de retombées économiques. Après l’annulation et le report de plusieurs congrès, le maire LR de la ville a demandé un programme d’aides au gouvernement pour soutenir l’économie locale.