Cannes: Le super réensablement de la Croisette a-t-il été vraiment emporté par les coups de mer ?

APRES LES TEMPETES Les plages, dont la profondeur avait été doublée, ont souffert avec la houle mais la ville mise sur un « reprofilage »

Fabien Binacchi

— 

Sur le boulevard de la Croisette, en début de semaine, la houle venait à nouveau chahuter le bandeau de sable
Sur le boulevard de la Croisette, en début de semaine, la houle venait à nouveau chahuter le bandeau de sable — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Une vaste opération d’élargissement des plages de la Croisette, pour 11 millions d’euros, avait permis de doubler leur profondeur.
  • Les derniers coups de mer ont visuellement annulé ce réensablement.
  • Mais, selon la mairie, le sable n’a pas été emporté en mer.

« On est revenu au point de départ. Je me demande même si la plage n’est pas encore moins profonde qu’avant ». Sur la plage Zamenhof, la dernière du boulevard de la Croisette à l’est, Nadine, une habituée cannoise, se désole de l’effet des derniers coups de mer.

Selon elle, les 110.000 m3 de sable apportés par bateau entre l’hiver 2017/2018 et début 2019 pour 11 millions d’euros sont « partis en mer ». Chez certaines concessionnaires de plages privées, qui ont payé la moitié de cette opération d'élargissement, on s’inquiète aussi. Mais, selon la ville, qui a financé l’autre moitié, tout ne sera pas à refaire.

L'opération d'élargissement de la Croisette début 2018
L'opération d'élargissement de la Croisette début 2018 - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« Le sable a été poussé vers le bord »

« Les plagistes ont l’impression que beaucoup de sable a été emporté, que tout est parti. Mais, au contraire, il a été poussé vers le bord. Il est monté à plus d’1,80m », explique Thomas Onzon, le directeur général des services techniques (DGST) de la mairie de Cannes.

Une opération de « reprofilage » va être menée pour pouvoir aplanir le sable et rétablir la profondeur des plages. « Tout le monde sera de retour à au moins 40m de large. Nous sommes en cours de discussion pour savoir si nous allons y travailler avant le Mipim ou entre le Mipim et le Festival de Cannes, précise encore le responsable. Les concessionnaires vont mener leur propre chantier. »

« Tous les ans, 1 % du sable repart en mer »

« Ce n’est qu’après ça, qu’on décidera si un nouvel apport de sable est nécessaire, mais dans tous les cas sans aucune mesure avec ce qui vient d’être fait. » Pour le DGST, grâce à l’installation, au début des années 2010, de boudins géotextiles qui « cassent la houle », l’impact des coups de mer est moins fort et nécessite moins de sable nouveau.

« On estime que, tous les ans, 1 % repart en mer. Il faut aussi avoir conscience qu’un phénomène de courant emporte du sable à l’est pour l’emmener vers l’ouest. Un reprofilage régulier est de toute façon nécessaire. » C’est le lot commun à toutes ces plages artificielles de la Croisette, imaginées à la fin du XIXe siècle.