Nice : Les vélos bleus deviennent électriques et passent en « free floating »

MOBILITÉ Le service « E-Vélobleu » vise les habitants des collines niçoises et les travailleurs qui en ont marre de suer lorsqu’ils montent en selle

Jonathan Hauvel

— 

Pour éviter d'encombrer les trottoirs, les "E-velobleu" seront empruntables dans les zones de stationnement destinées au vélo
Pour éviter d'encombrer les trottoirs, les "E-velobleu" seront empruntables dans les zones de stationnement destinées au vélo — J.Hauvel / ANP / 20 Minutes
  • Deux cents vélos électriques sont disponibles en free floating à Nice, Saint-Laurent-du-Var et Cagnes, grâce au service E-Vélobleu.
  • Ils sont accessibles uniquement via l’application du même nom.
  • Des parcs de stationnement permettront de doper le nombre de places disponibles.

Parcourir Nice à vélo peut faire perdre des litres d’eau. Pour faciliter les efforts des Niçois, la métropole Nice-Côte d’Azur a inauguré ce lundi l’E-Vélobleu, un service de location de vélos électriques en free floating (en libre service sans borne).

« Lorsqu’on est dans le réseau collinaire, on a besoin d’un vélo électrique, mais également en été, lorsqu’on doit aller au travail. C’est plus simple car on transpire moins », explique Philippe Pradal, premier adjoint de la ville de Nice et président de la Commission des finances et des transports. « Descendre est une chose, remonter en est une autre. Ces vélos à impulsion électrique devraient générer de nouveaux abonnés », note également Christian Estrosi, maire de Nice.

60 km d’autonomie

Deux-cents vélos ont été mis en service. Pour les chevaucher, plus besoin de carte comme pour les «Vélo Bleu ». Les utilisateurs doivent passer par l’application mobile E-Vélobleu qui leur permet de déverrouiller les deux-roues par bluetooth. D’une autonomie estimée à 60 km, l’e-velobleu peut être utilisé sur les communes de Nice, Saint-Laurent-du-Var et Cagnes-sur-Mer. Tarif de la location : gratuit lors des trente premières minutes, puis 1,50 euro par demi-heure.

Avant cela, les cyclistes doivent s’acquitter du montant de l’abonnement annuel, à savoir 10 euros pour les abonnés Lignes d’Azur, TER ou « Vélo Bleu », et 40 euros pour les non-abonnés. Seuls les moins de 25 ans sont exonérés de ces frais.

E-velobleu, service de location de vélos électriques à Nice
E-velobleu, service de location de vélos électriques à Nice - J.Hauvel / ANP / 20 Minutes

Où stationner son vélo

Autre nouveauté, les vélos électriques seront en « semi floating ». « Ils ne seront pas fixés sur des bornes en stations (comme c’est le cas des velobleu) mais ils seront accessibles dans les espaces de stationnement à vélos (comme les arceaux) », précise Alice Bigorne, directrice des transports et de la mobilité durable de la Métropole Nice-Côte d’Azur. L’application aide à les localiser.

Dans cette optique, la ville de Nice annonce vouloir atteindre 5.000 places vélos en 2020, contre 3.360 actuellement. Après celui du parc relais Charles Erhmann (environ 100 places), un second espace sécurisé a été présenté ce lundi à Nice Thiers. Ses 200 places, dont dix dotées de prises électriques, seront réservées aux personnes munies d’une carte d’abonnement Lignes d’Azur, à condition d’avoir activé le service « parc de stationnement vélo » à 10 euros par an.

E-velobleu, service de location de vélos électriques à Nice
E-velobleu, service de location de vélos électriques à Nice - J.Hauvel / ANP / 20 Minutes
E-velobleu, service de location de vélos électriques à Nice
E-velobleu, service de location de vélos électriques à Nice - J.Hauvel / ANP / 20 Minutes

Trois autres parcs de stationnement sont prévus pour 2020-2021 : un au parc relais Vauban (50 places), un au bâtiment Connexio (100 places) et un au futur parc relais Pont Michel (50 places). À la suite d’une remarque formulée par un Niçois présent ce lundi, une réflexion devrait être engagée pour la mise en place d’un parc supplémentaire aux alentours de la Gare du Sud. Au mois d’avril, deux stations comportant chacune cinq tricycles électriques à destination des personnes à mobilité réduite seront installées sur la Promenade des Anglais.

Quid des « Vélo Bleu » et des trottinettes électriques en free floating ?

L’E-Vélobleu et les parcs de stationnement marquent-ils le déclin des vélos bleus, voire leur disparition ? « C’est possible, notifie Philippe Pradal. L’idée, c’est d’observer les usages en temps réel, de ne pas supprimer les « Vélo Bleu » lorsqu’ils sont utilisés et de déployer des vélos à impulsion électrique lorsqu’ils sont nécessaires. »

Quant aux trottinettes électriques en free floating promises lors de l’annonce du Plan vélo en octobre 2018, elles attendront. « Aujourd’hui, ce n’est pas le projet. La priorité est clairement le vélo car il nous paraît mieux adapté et mieux régulé », affirme l’élu.