Nice : L’avocat du policier limogé pour des soupçons de malversations dénonce une sanction « démesurée »

REACTION Jean-François Illy est notamment soupçonné d’avoir utilisé son chauffeur et sa carte bancaire de service pour des activités et des frais non professionnels

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien préfet du Bas-Rhin, ici avec Bernard Cazeneuve (archives)
L'ancien préfet du Bas-Rhin, ici avec Bernard Cazeneuve (archives) — PATRICK HERTZOG / AFP

Pour Me Hervé de Surville, la mesure « n’est pas proportionnelle aux sommes en jeu » et bafoue la présomption d’innocence. L’avocat de l’ex-directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) des Alpes-Maritimes Jean-François Illy, limogé mercredi pour des soupçons de malversations dans son précédent poste à Strasbourg, dénonce une sanction « démesurée », « violente et injuste ».

« Chacun comprend que les choses sont allées démesurément vite et ont été démesurément brutales. […] Il a l’impression d’être déjà jugé. Une partie de sa hiérarchie et moi-même trouvons cette décision violente et injuste », a ajouté Me de Surville lors d’un entretien accordé à Nice-Matin aux côtés de Jean-François Illy, qui a gardé le silence.

Soupçonné d’avoir utilisé son chauffeur et sa carte bancaire

Visé par une enquête administrative de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), l’homme de 55 ans est notamment soupçonné d’avoir utilisé son chauffeur et sa carte bancaire de service pour des activités et des frais non professionnels lorsqu’il était le DDSP du Bas-Rhin.

« Il allait voir sa mère malade, partait à 3 heures du matin et rentrait le soir. Certes, il a utilisé la voiture de service parce qu’un directeur départemental de la sécurité publique, c’est comme un préfet : il est en fonction H24, sept jours sept », assure son avocat. « Il accepte ces reproches, il est prêt à assumer, mais pas de cette façon. C’est une sanction démesurée, il est jeté en pâture comme un chien ».