Nice : Aubaine pour les uns, cauchemar pour les autres, ce que la ligne 2 du tram a changé dans votre quotidien

Transports Sollicités par « 20 Minutes » à l’occasion de l’inauguration du tronçon Jean-Médecin – Port Lympia, samedi à Nice, vous avez été nombreux à témoigner

Jonathan Hauvel

— 

La ligne 2 permet de rejoindre l’aéroport de Nice ou le Cadam depuis le Port Lympia.
La ligne 2 permet de rejoindre l’aéroport de Nice ou le Cadam depuis le Port Lympia. — J. Hauvel / ANP / 20 Minutes
  • Le tramway a fait son arrivée, samedi, sur le port de Nice.
  • Il s'agissait de la quatrième inauguration de la ligne 2 en un an et demi, après celles du tronçon Cadam-Magnan (juin 2018), de la desserte de l'aéroport (décembre 2018) et de la connexion avec la ligne 1 à Jean-Médecin (juin 2019).
  • À la suite de notre appel à contributions, vous nous avez fait part de vos retours d'expérience.

Deux trams arrivant sur le quai Napoléon-Ier, bordés par la foule des grands jours. Ces images sont celles de l’inauguration en grande pompe du tronçon Jean-Médecin – Port Lympia, samedi, à Nice. Cette dernière vient achever près de dix ans de travaux et permet à l’intégralité de la ligne 2 d’être en service.

Au quotidien, comment cette ligne a-t-elle changé votre vie ? Vous avez été nombreux à répondre à notre appel à contributions sur 20 Minutes. Pour Anne-Sophie, l’arrivée du tram a permis de gagner de précieuses minutes lors du trajet domicile-travail. « Mais quel bonheur de pouvoir y aller en moins de dix minutes de porte à porte, en laissant sagement la voiture au garage. » « L’arrivée de la ligne m’a fait économiser un temps de trajet considérable, se réjouit également David. Là où il me fallait plus d’une heure, je n’ai besoin que de quelques minutes dorénavant. L’avantage, c’est aussi la souplesse dans les fréquences de passage. »

L’accès à l’aéroport est un autre motif de satisfaction, comme l’explique Irma : « Grâce au tram 2, je m’y rends plus facilement depuis Levens, sans tracasserie, et pour seulement 1,50 euros. » Similien, quant à lui, apprécie le fait de ne pas utiliser d’automobile pour ses expéditions culinaires : « Je peux enfin aller manger la socca sans prendre la voiture !!!! »

Victime de son propre succès

Avec 80.000 voyages en moyenne par jour en semaine, la ligne 2 est aussi victime de son succès, comme le fait remarquer Christopher : « Le seul problème, et je parle en tant que personne légèrement handicapée, c’est que les trams sont le plus souvent trop pleins, surtout quand ils arrivent de l’aéroport. Par conséquent, il n’y a pas de places assises disponibles. Sans doute faudra-t-il augmenter la cadence des trams afin de créer plus de places. »

Ligne 2 (tram) au port Lympia, à Nice
Ligne 2 (tram) au port Lympia, à Nice - J. Hauvel / ANP / 20 Minutes

Même constat pour Monique : « Super beau mais, hélas, trop de personnes serrées comme des sardines, en plus de l’odeur… Je ne le prends plus, je ne résiste pas à toute cette foule. » Et Jacques d’abonder dans le même sens : « J’ai renoncé à l’emprunter car, à partir de 17h, entre les touristes chargés de valises, les mères de famille avec poussettes et les scolaires, je dois laisser passer deux ou trois rames avant de pénétrer dans l’une d’entre elles. Sans doute un succès commercial mais pas de commodité. »

Quelques soucis électriques

Depuis le lancement du tronçon Jean-Médecin – Magnan en juin 2019, quelques couacs ont eu lieu. « En plus d’incidents indépendants du service, des malaises dans les rames ou des accidents de circulation en surface entre autres, il y a eu en effet quelques soucis techniques. Des problèmes d’alimentation notamment, qui ont été à chaque fois normalisés avec Alstom », reconnaissait Philippe Pradal, président de Lignes d’Azur, interrogé par 20 Minutes en octobre 2019.

Bien que la régie revendique un « taux de disponibilité » (c’est-à-dire de rames qui roulent sans encombre) de 97 %, Marie-Christine n’est pas satisfaite : « Le tram n’a rien changé. Au contraire car il est toujours en panne. Ma fille a été en retard à son boulot à trois reprises. Ce n’est pas normal ! Faites revenir nos bus ! »

« La ligne 2 m’a permis de retrouver le plaisir de la marche… »

Début septembre 2019, Lignes d’Azur a procédé à la réorganisation de son réseau de transport en commun. De quoi en agacer certains. « La ligne 2 n’a strictement rien changé, ironise Lionel. Je me rends à la gare tous les jours depuis l’arrêt Cum (Centre universitaire méditerranéen). Auparavant, je prenais le bus 12 ; aujourd’hui, je dois prendre la ligne 1, puis la 2. Résultat, le trajet est plus rapide à pied ! La ligne 2 m’a donc permis de retrouver le plaisir de la marche… »

Colette a vu elle aussi son quotidien se compliquer. « J’habite Saint-Laurent-du-Var et mon temps de trajet jusqu’à Nice-Nord a tout simplement doublé. Entre Saint-Laurent et Saint-Antoine-Ginestière également. Il m’est impossible d’aller passer une soirée en ville. Si le tram circule jusqu’à 1h du matin, il n’y a aucun bus après 21h30 à l’Arénas. Comment se passer d’une voiture dans ces conditions ? Personnellement, je n’ai plus les moyens d’en avoir une et ma vie se résume à rester à Saint-Laurent-du-Var ou à faire trois heures de transports aller-retour pour la moindre activité en ville. Ma vie a changé grâce au tram, ça oui… mais pas en bien !!! » Et de préciser : « Je suis à 100 % pour les transports en commun mais bien pensés… »

Le tracé de la future ligne 4 de tramway, entre Nice et Cagnes-sur-Mer
Le tracé de la future ligne 4 de tramway, entre Nice et Cagnes-sur-Mer - Métropole Nice Côte d'Azur

Tout comme notre contributrice, les métropolitains de la rive droite devront encore patienter pour voir le tram traverser le Var. En juin 2019, le tracé de la ligne 4 du tramway azuréen a été dévoilé par Christian Estrosi, maire de Nice et président de la métropole. Elle desservira Saint-Laurent-du-Var et Cagnes-sur-Mer depuis Saint-Augustin. Soit 6,2 km et 15 stations pour 212 millions d’euros. Livraison prévue en 2026.