Nice : Quatre amis lancent « Sans Abri 06 », un magazine de rue vendu par les SDF

ILS SONT SOLIDAIRES L'argent de la vente sera conservé par les distributeurs pour subvenir à leurs besoins de première nécessité. Une campagne de financement participatif a été lancée

Jonathan Hauvel

— 

Cynthia Sébastia Paladini, Tania Jakic et Michel Adragna, trois des quatre fondateurs du magazine de rue Sans Abri 06, avec Tatiana Sikic (absente sur la photo)
Cynthia Sébastia Paladini, Tania Jakic et Michel Adragna, trois des quatre fondateurs du magazine de rue Sans Abri 06, avec Tatiana Sikic (absente sur la photo) — Jonathan Hauvel / ANP / 20 Minutes
  • Début décembre, l’association Solidarité 06 lancera le magazine de rue Sans Abri 06.
  • Les SDF l’achèteront symboliquement 0,01 € et le revendront 2 €.
  • Ses fondateurs espèrent inciter les SDF à se réinsérer socialement et les Niçois à être plus solidaires.

Casquette de l’OGC Nice sur la tête, lunettes de soleil posées par-dessus, lunettes de vue sur le nez et grande barbe poivre et sel, un SDF au regard franc apparait sur la Une du magazine de rue Sans Abri 06. Ce nouveau mensuel niçois, lancé par quatre amis, sera disponible début décembre dans les rues de la ville, notamment boulevard Raimbaldi.

« Avec Actions du cœur, notre mouvement citoyen, nous distribuons une centaine de plats chauds tous les samedis. C’est bien mais nous étions quand même frustrés de ne pas pouvoir aider davantage », explique Tania Jakic, une des initiatrices du projet et présidente de l’ association Solidarité 06, éditrice de la publication.

C’est à l’occasion d’un passage dans le Var cet été que la solution s’est dessinée. « Je marchais quand une personne m’a proposé un journal de rue. Je lui ai demandé comment ça marchait. Je me suis dit qu’on pouvait le faire aussi. »

«Deux magazines vendus, c'est un sandwich ou une paire de chaussettes»

En pratique, chacun des 10.000 exemplaires sera vendu 0,01 € aux sans-abri. « Un prix symbolique pour les assurances », sourit Tania. Les SDF le distribueront ensuite pour un montant de 2 € et garderont l’entièreté des bénéfices. « Avec cet argent, nous souhaitons qu’ils subviennent à leurs besoins de première nécessité. Avec un magazine vendu, ils pourront s’acheter du papier hygiénique. Avec deux, un sandwich ou une paire de chaussettes », détaille l’architecte, graphiste et webdesigneuse.

Michel Adragna, trésorier de Solidarité 06, lors d'une maraude d'Actions du cœur.
Michel Adragna, trésorier de Solidarité 06, lors d'une maraude d'Actions du cœur. - Actions du cœur

Au-delà de l’aspect financier, Sans-Abri 06 vise la réinsertion sociale de ses distributeurs. « On veut qu’ils aient une démarche proactive et pas une posture de victimes rejetées de la société, déclare Michel Adragna, trésorier de Solidarité 06. En vendant le magazine, ils pourront sortir de la spirale infernale, reprendre confiance en eux et retrouver des repères, ce dont ils manquent en étant à la rue. Cela leur permettra aussi de se resociabiliser, d’établir un lien avec les gens qui se disent que ce sont tous des alcooliques et des drogués. »

Et Tania Jakic d’ajouter : « Pour beaucoup de monde, les sans-abri sont invisibles. Ce sont pourtant des personnes qui ont besoin de considération. Là, ils pourront dire : “Je ne suis pas SDF, je suis vendeur d’un magazine de sans-abri." Pour leur fierté, c’est beaucoup mieux que mendier. »

Donner envie d’agir

Du côté du contenu, le magazine de 24 pages veut là aussi « casser avec le côté misère », comme le relate Cynthia Sébastia Paladini, rédactrice et vice-présidente de Solidarité 06. « On veut proposer à tous les Niçois un magazine un peu gai. On y trouvera des contenus faciles à lire et qualitatifs, du moins à notre niveau car on ne se prend pas la tête. »

À l’exception de la politique et de la religion, tous les sujets seront abordés. Une rubrique « verte » proposera par exemple des conseils anti-gaspi, une autre mettra en avant le témoignage d’un sans-abri et donnera quelques pistes aux lecteurs pour agir, tandis qu’une troisième apportera de la visibilité à d’autres associations. « Comme dans tout ce qu’on fait, on veut créer une communauté prête à agir. »

Pour financer son projet, Solidarité 06 espère trouver des mécènes et de nouveaux partenaires qui « peuvent les aider d’une manière ou d’une autre ». Une campagne de financement participatif a également été lancée sur la plateforme Leetchi « afin que le bébé ne meure pas prématurément ».