Nice: Une rue va s'appeler Jacques Médecin, une pétition lancée pour s'y opposer

BAPTÊME Le maire LR de Nice Christian Estrosi a annoncé que « l’actuelle rue de l’Opéra sera rebaptisée rue Jacques Médecin » dimanche prochain

Mathilde Frénois

— 

Jacques Médecin

L'ancien maire de Nice Jacques Médecin a été condamné à quatre reprises entre 1992 et 1998 pour délit d'ingérence, détournement de fonds, abus de biens sociaux et fraude fiscale. Après s'être enfuit en Uruguay, il est finalement extradé pour purger sa peine de prison en France.
Jacques Médecin L'ancien maire de Nice Jacques Médecin a été condamné à quatre reprises entre 1992 et 1998 pour délit d'ingérence, détournement de fonds, abus de biens sociaux et fraude fiscale. Après s'être enfuit en Uruguay, il est finalement extradé pour purger sa peine de prison en France. — AFP

Il y avait déjà eu une polémique pour les rues Pasqua et Napoléon. C’est au tour de Jacques Médecin d’avoir sa plaque controversée. Christian Estrosi vient d’annoncer que l’ancien maire de Nice aura son nom dans la vieille ville. Une pétition a été lancée pour s’y opposer. Un rassemblement citoyen est même organisé en même temps que l'inauguration. 

« Il y a 21 ans, Jacques Médecin nous quittait. Aujourd’hui, les Niçois se souviennent, explique-t-il ce dimanche dans un post Facebook. Je vous donne rendez-vous dimanche prochain, le 24 novembre à 11h pour rendre hommage à celui que les Niçois surnomment encore affectueusement Jacquou. L’actuelle rue de l’Opéra sera rebaptisée rue Jacques Médecin à cette occasion. »

« Racisme et corruption »

Une décision loin de faire l’unanimité. « A Nice, on honore le racisme et la corruption. Vous pouvez encore signer la pétition lancée l’an dernier. Prêts pour une action de protestation ? », lance David Nakache, responsable du collectif Tous citoyens sur Twitter. Près de 800 personnes l’ont déjà signé. Elles s’opposent notamment à cette « glorifi (cation du) clientélisme et (de) la corruption à Nice » et aux « positions extrêmes et racistes » de Jacques Médecin : « Nous demandons à ce qu’aucun nom de rue ou quelconque reconnaissance ou honneur ne soit attribué à Nice à toute personne condamnée par la justice pour des faits liés à la corruption (et à) toute personne ayant fait la promotion de thèses d’extrême droite, du racisme, de l’apartheid, et de toute forme de discrimination », énonce le texte.

L’installation de cette plaque a été votée à l’unanimité en conseil municipal l’année dernière. Il s’agissait d’un groupement avec d’autres rues qui, elles, font beaucoup moins polémique.