Menton: L'accès au poste frontière avec l'Italie refusé à la députée LFI Manon Aubry

MIGRANTS Elle s’est fait remettre un courrier lui précisant qu’une note interne régule désormais l’accès de ces locaux aux parlementaires.

F.Bi.

— 

La tête de liste de LFI, Manon Aubry, lors du dernier meeting de la France insoumise avant les élections européennes, à Lille, le 24 mai.
La tête de liste de LFI, Manon Aubry, lors du dernier meeting de la France insoumise avant les élections européennes, à Lille, le 24 mai. — Sarah ALCALAY/SIPA

Sur Twitter, elle interpelle directement le ministère de l'Intérieur. « Personne ne peut avoir accès à cet espace de non droit@place_beauvau », a interrogé ce jeudi la députée Manon Aubry (La France Insoumise) juste après s’être vue refuser une visite dans les locaux de la Police aux frontières (PAF) de Menton, à quelques mètres de l’Italie.

« La PAF de Menton m’a refusé l’accès au lieu d’enfermement des migrants à la frontière italienne malgré le droit pour les parlementaires de visite des lieux de privation de liberté », explique la députée, joignant à sa série de tweets une vidéo et la photo d’un courrier lui ayant été remis sur place. Ce dernier précise qu’une note interne régule depuis le mois de mai  l’accès de ces locaux aux parlementaires.

Toujours d’après la lettre, les sénateurs et les députés ne peuvent plus y pénétrer sans avoir fait au préalable une demande auprès de la préfecture et de la direction de la PAF.

« Un coup de com » selon une députée LREM

« Pourquoi interdire l’accès spécifique à ces deux postes aux frontières ? Des migrants enfermés entre quatre murs dans des » Algeco « dans des conditions précaires pendant des heures, ce n’est pas une privation de liberté ? », poursuit l’élue, faisant référence à l’article 719 du code de procédure pénale. Le texte prévoit que les parlementaires « sont autorisés à visiter à tout moment les locaux de garde à vue, les lieux de rétention administrative ».

« Les locaux de la PAF de Menton ne sont pas un espace de non droit et si vous n’étiez pas là juste pour faire un coup de comm vous le sauriez », lui a répondu, toujours sur Twitter, la députée La République en marche Alexandre Ardisson.