Nice : Bonne élève du « bien vivre » dans son logement malgré un parc « ancien »

IMMOBILIER D’après une étude sur la qualité de vie dans le logement, la capitale azuréenne est la ville dite « ancienne » où la qualité du logement est jugée la meilleure

Mathilde Frénois

— 

Illustration de la visite d'un appartement avec un agent immobilier.
Illustration de la visite d'un appartement avec un agent immobilier. — POUZET/SIPA
  • Selon le baromètre Qualitel/Ipsos, les habitants sont satisfaits de la qualité de leur logement, pourtant anciens.
  • Un 6,9 sur 10 obtenu après une évaluation sur 17 critères parmi lesquels l’isolation, l’acoustique, le taux d’humidité, la qualité de la connexion Internet ou encore l’agencement intérieur.

Quand Patrick Vanzo n’est pas dans son agence immobilière du centre de Nice, il fait visiter des appartements de Cimiez et du centre-ville. Parmi les biens qu’il gère, 80 % sont anciens. « Ça marche par secteur. Dans ces quartiers, il y a beaucoup de vieux palais bourgeois, beaucoup d’immeubles art déco », détaille l’agent de Century 21 Etoile immobilier. Des logements où il fait bon vivre. Car Nice fait figure d’exception. Selon le baromètre  Qualitel/Ipsos, les habitants sont satisfaits de la qualité de leur logement, pourtant anciens.

Nice fait partie des cinq grandes villes dont le parc de logement est « ancien », c’est-à-dire construit majoritairement avant 1980. Devant Paris, Lyon, Marseille et Lille, la capitale azuréenne est la métropole où la note de satisfaction est la plus élevée. Un 6,9 sur 10 obtenu après une évaluation sur 17 critères parmi lesquels l’isolation, l’acoustique, le taux d’humidité, la qualité de la connexion Internet ou encore l’agencement intérieur.

« Absolument pas insalubres »

« Ça ne m’étonne pas, dit Patrick Vanzo. Les immeubles ont été bien entretenus avec le temps. Les habitants ont les moyens, ils sont souvent propriétaires de leur logement et ils sont favorables à l’entretien. Le changement de la chaudière collective, l’entretien des toitures et le ravalement de la façade… Ils ont les moyens de gérer tout ça. »

Parmi les Niçois interrogés pour l’étude, 29 % affirment qu’ils ne changeraient de logement « pour rien au monde ». Pour le coprésident de la Fédération nationale de l’immobilier, la Fnaim Côte d'Azur, ce sentiment est dû aux efforts des propriétaires : « On a une charte pour les appartements mis à la location, explique Cyril Messika. Ces appartements ne sont absolument pas insalubres. On pousse les bailleurs à mettre de plus en plus de confort pour les locataires. » Double vitrage, climatisation réversible et systèmes de chauffage sont autant d’équipements qui permettent de se sentir bien dans son logement, été comme hiver. Dans les meublés, le confort passe aussi par le mobilier et la literie. « L’ancien séduit aussi pour son prix, poursuit le responsable de la Fnaim. Sur les appartements neufs, les prix sont plus élevés. »

« Un effort à faire sur l’énergétique »

Mais tout n’est pas rose pour l’ancien à Nice. Toujours selon Qualitel, l’isolation par rapport au bruit (33 %), le confort thermique (28 %), le niveau annuel des dépenses (32 %), la sécurité de l’immeuble face aux intrusions (27 %) et la qualité des matériaux de construction (24 %) sont autant de sources d’insatisfaction pour les Niçois. « Il y a toujours des choses à améliorer, reconnaît Patrick Vanzo. Dans les immeubles anciens, l’acoustique est compliquée. Il y a aussi un effort à faire sur l’énergétique : les chaudières au fuel pourraient être remplacées par d’autres systèmes de combustion. »

Et puis il existe les critères extérieurs qui rendent attractifs et confortables le logement dans la capitale azuréenne. La nouvelle ligne de tram, la création de la coulée verte, l’aéroport international. Dans le neuf ou l’ancien, le soleil est le même sur la Côte d’Azur.