Nice : Une réunion sur les conditions de travail convoquée en urgence après le suicide d’un enseignant

DRAME Frédéric Boulé, 58 ans, professeur de SVT depuis 28 ans, s’est donné la mort chez lui

20 Minutes avec AFP

— 

Une salle de classe (Illustration)
Une salle de classe (Illustration) — V. WARTNER / 20 MINUTES

Il va se réunir après le suicide d’un professeur de lycée de l’académie de Nice. Un comité extraordinaire sur les conditions de travail (CHSCTA) sera convoqué en urgence, a indiqué ce vendredi le rectorat au lendemain d’un rassemblement d’une centaine d’enseignants.

Frédéric Boulé, 58 ans, professeur de SVT depuis 28 ans au lycée international de Valbonne (Alpes-Maritimes), s’est donné la mort chez lui le 21 septembre, le même jour que Christine Renon, la directrice d’une école maternelle de Pantin qui a mis fin à ses jours, laissant une lettre évoquant « son épuisement » professionnel.

« Dégradation des conditions de travail »

L’enseignant n’aurait pas laissé d’écrits expliquant son geste. Il s’est donné la mort « cinq jours après avoir rencontré le médecin de la prévention du rectorat », souligne le syndicat Snes-FSU qui lie le drame à « l’absence d’aménagement des fins de carrière, d’une véritable médecine du travail, et de possibilité de reconversion ».

« Ce nouveau drame met une fois de plus en évidence ce que le Snes-FSU n’a cessé de dénoncer, à savoir la dégradation des conditions de travail dans l’éducation nationale : réformes successives, malgré l’opposition quasi unanime du corps enseignant, désorganisation permanente, nouvelle forme de gestion née du “new management”, ont des effets dramatiques sur les personnels », déplore le syndicat.

Interrogé sur le lien possible entre le suicide de l’enseignant et son travail, le rectorat a indiqué « ne pas vouloir faire de commentaire pour l’instant ».