Nice: Pour un collectif citoyen, la ville n’en fait pas assez pour l’écologie

ENVIRONNEMENT « Nous ne disons pas qu’ils ne font rien. Simplement que le volume et la vitesse ne sont pas bons », estiment ces citoyens

Mathilde Frénois
— 
Les anciens couloirs de bus sont végétalisés sur la rue du Maréchal-Joffre.
Les anciens couloirs de bus sont végétalisés sur la rue du Maréchal-Joffre. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Ils ont analysé 30.000 pages. Des documents de la mairie, le plan Climat, des textes de loi. Et les membres du Collectif citoyen 06 sont arrivés à une conclusion : les engagements de la ville de Nice ne sont pas assez forts en matière d’environnement.

« Nous ne disons pas qu’ils ne font rien. Simplement que le volume et la vitesse ne sont pas bons, pointent Thierry Bitouzé et Airy Chrétien. Nous voulons que la ville apporte des garanties de respect de la loi et de la réglementation. Pour le moment, il n’y en a aucune. »

Les deux responsables de ce lobby citoyen pointent la pollution de l’air, la rénovation des bâtiments trop gourmands en énergie, l’utilisation de la voiture. Sur toutes ces problématiques, Christian Estrosi et son équipe iraient à la vitesse de l’escargot. « Sur la question des transports par exemple, l’Etat demande que la part du vélo en 2024 soit de 9 %. On est à 1,4 %, calculent-ils. Ce n’est pas en rajoutant quelques kilomètres de piste que ça évoluera. Il n’y a pas de réseau continu, peu de sécurisation. Les choses sont incomplètes : Christian Estrosi dit qu’on a un temps d’avance, alors qu’on est complètement en retard. »

Une « concertation »

Si les choses sont floues, c’est qu’à Nice, « la stratégie climat n’a pas été présentée », indique la ville. Elle le sera le 25 octobre en conseil métropolitain, car la consultation publique du projet de plan Climat ne s’est terminée que lundi soir. « Toutes les remarques émises par le public sont actuellement prises en compte pour être intégrées au plan Climat-Air-Energie territorial 2025 de la métropole Nice Côte d’Azur, explique la commune par mail. Il sera donc enrichi du travail réalisé, depuis plus d’un an maintenant, en concertation avec les associations, les habitants, les entreprises et élus : tous les acteurs de notre écosystème. » Le Collectif citoyen 06 a d’ailleurs été entendu par les élus.

En attendant, l’état d’urgence climatique a été adopté par la métropole lors de son dernier conseil pour une « mobilisation simultanée » de tous les services. Mais, pour le collectif et des élus niçois EELV, il n’y a pas assez de concret : « Christian Estrosi a compris l’intérêt stratégique de vendre l’écologie. Il en fait de bonnes démonstrations, mais qui ne sont pas mises en œuvre de façon plus large, estime la conseillère municipale EELV Juliette Chesnel, proche du collectif. L’objectif n’est pas de verdir la ville, mais de réduire les gaz à effets de serre. Or, il n’y a pas de vision à long terme. Sur ce plan, il n’y a pas de diagnostic, pas de bilan, Quand on ne sait pas d’où on part, c’est difficile de dire où on doit aller. »

Faux, répond la ville, des chiffres à l’appui. La commune a pour objectif de « réduire de 22 % les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2025 », dans « la perspective d’atteindre la neutralité carbone en 2050 ». Par petites touches de vert, la ville affirme qu’elle atteindra l’objectif. En attendant, c’est la bataille des chiffres.