Nice: Tracts, manifestation... des habitants réclament le déménagement d'un accueil pour migrants

MIGRANTS Des riverains du quartier de la Madeleine veulent que le local soit transféré en préfecture, des associations s’insurgent

Fabien Binacchi

— 

Les locaux ont accueilli 2.000 personnes depuis le début de l’année
Les locaux ont accueilli 2.000 personnes depuis le début de l’année — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Une structure d’accueil pour migrants est installée dans un quartier de Nice pour le compte de la préfecture des Alpes-Maritimes.
  • Des riverains ont manifesté pour que les locaux soient déménagés.
  • Ils dénoncent des nuisances, des associations s’insurgent.

Les courriers au préfet et une pétition sont restés lettres mortes. « Alors on a essayé de se faire entendre avec une manifestation », lâche Célia Moreau, à l’origine du mouvement. En fin de semaine dernière, à l’appel du Comité d’action et de défense des intérêts de la Madeleine (Cadim), des habitants de ce quartier de Nice se sont rassemblés pour réclamer le déménagement d’une structure d’accueil pour les migrants.

Le rendez-vous a rassemblé une centaine de personnes. Au grand dam de plusieurs associations. L’Association pour la démocratie à Nice, la Cimade 06, la Ligue des droits de l’homme 06, le Mrap 06 et le Syndicat des avocats de France dénoncent « une campagne d’attaques contre les demandeurs d’asile qui se rendent dans les locaux de la plateforme d’accueil afin de procéder aux premières formalités d’enregistrement ».

Transférée en préfecture ?

Les locaux en question, situés 111 boulevard de la Madeleine, sont gérés par l’association Forum-Refugiés pour le compte de la préfecture des Alpes-Maritimes. C’est là que les migrants en provenance d’Italie peuvent entamer leurs démarches administratives.

« Mais l’espace est restreint et avec la centaine de personnes qui se présente chaque jour [2.000 depuis janvier selon Forum-Réfugiés], certaines se retrouvent à attendre sur le trottoir avec un comportement parfois très agressif. Des riverains ont déjà été blessés, assure Célia Moreau, du Cadim. Nous demandons simplement que ces bureaux soient transférés directement en préfecture. Ce serait plus confortable pour tout le monde. »

« Appel à la discrimination, voire à la haine »

De quoi faire sortir le collectif d’associations de ses gonds. Dans un communiqué, il se désespère de voir que le comité a « franchi la frontière qui sépare la dénonciation d’éventuels dysfonctionnements de l’appel à la discrimination, voire à la haine et à la violence, en raison de l’appartenance à un groupe social ».

Elles dénoncent également le fait que « des affiches placardées dans le quartier ainsi que des posts sur Facebook font des demandeurs d’asile les uniques responsables des vols, de l’insécurité, des nuisances et des agressions, ce qui est intolérable ».

Une affaire reprise par les politiques

Les riverains peuvent en tout cas compter sur le soutien de Christian Estrosi. Dans un courrier adressé au préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez, le maire LR de Nice réclame « un site plus adapté » que ces locaux du boulevard de la Madeleine, où il dit avoir constaté que les « nuisances sont réelles ».

Le député Eric Ciotti, possible candidat à la mairie, s’est de son côté fendu d’un communiqué pour « exprimer sa solidarité » avec les habitants du quartier de la Madeleine face à « leur ras-le-bol légitime ». Lui aussi indique avoir écrit au préfet pour « trouver une solution concrète pour déplacer ce centre ».