Côte d'Azur: Le château de Guillaumes s'offre une nouvelle vie grâce au loto

PATRIMOINE La rénovation du donjon a débuté en août. Le première phase devrait se terminer fin septembre

Mathilde Frénois

— 

Le château de la reine Jeanne de Guillaumes sera rénové en deux phases.
Le château de la reine Jeanne de Guillaumes sera rénové en deux phases. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Les travaux du château de la reine Jeanne s’effectueront en deux phases.
  • La première tranche a débuté en août et se terminera fin septembre, pour un montant de 100.000 euros. Un financement rendu possible grâce au loto du patrimoine.
  • Objectif : stopper l’érosion du soubassement.

C’est l’histoire d’un château dont le donjon n’a jamais accueilli de princesse. Celle d’une tour érigée uniquement pour son symbole de pouvoir et de force. Mais ces attributs, le château de la reine Jeanne à Guillaumes les perd au fur et à mesure que le temps file, pour finalement montrer ses faiblesses : la roche s’effondre sous la tour et le bâti se fissure. Face à l’urgence de la situation, les travaux ont commencé depuis le mois d’août. Une rénovation financée par les 100.000 euros récoltés pendant le loto du patrimoine.

« Le château incarne l’architecture militaire du 13e au XVIIIe siècle. C’est un cas unique parce qu’il a été édifié sous plusieurs souverainetés, raconte le maire de Guillaumes, Jean-Paul David. Quand il a dû être démoli en 1760, la population s’est révoltée. » Le démantèlement ayant déjà commencé, le château a été laissé tel quel : sans le toit.

« La légitimité d’intervenir »

Sans protection depuis près de 200 ans, il est devenu une ruine dangereuse. « La première tranche des travaux se termine fin septembre. C’est le confortement de la tour pour arrêter l’érosion du soubassement, dit Jean-Paul David. On a foré et bétonné sous le contrôle de l’architecte des bâtiments de France car le site est classé. »

Puis viendra le temps de la seconde période de rénovation qui aura pour objectif la sécurisation du site afin d’ouvrir au public. Des travaux estimés à 450.000 euros. Il faudra alors aller chercher le financement ailleurs, auprès de l’Etat, de la région, du département. Là encore, le Loto aide : « Le Loto donne une communication très forte. Il facilite les procédures, pointe le maire. Et il donne la légitimité d’intervenir pour sa restauration. » Car le château en a besoin pour continuer à traverser les époques. Et accueillir à nouveau des visiteurs dans son donjon.