Nice: Des écoliers plus «végés»? Un collectif demande deux menus par semaine «sans viande» à la cantine

SCOLARITE Conformément à la loi, la ville de Nice mettra en place un repas hebdomadaire végétarien dès novembre

Mathilde Frénois

— 

Illustration d'un plateau de cantine scolaire.
Illustration d'un plateau de cantine scolaire. — SERGE POUZET/SIPA

Le menu de la cantine n’est pas totalement à leur goût. Et ce n’est pas les épinards qui les dérangent. Bien au contraire. A Nice, le collectif « cantine verte », qui regroupe la FCPE, Greenpeace et l’ association des végétariens de France, demande la mise en place de deux menus « sans viande » par semaine pour tout le monde. Et aussi 50 % d’aliments biologiques et 0 % de déchets. Tout un programme éducatif et écologique.

« La surconsommation de viande c’est d’abord des problèmes de santé à l’âge adulte, estime Jérôme Barbato de Greenpeace. Derrière, c’est aussi l’élevage industriel, la déforestation, de grosses émissions de gaz à effet de serre. On mise sur la formation des enfants sur "comment bien manger". Ça sert à quoi de savoir lire et compter, sans planète ? »

Une nouvelle cuisine centrale

Une demande qui émerge alors qu’une nouvelle cuisine centrale voit le jour à Nice. Après un investissement de 32 millions d’euros, 25.000 repas seront préparés sans plastique et avec 49 % de produits bios ou labélisés. « On devient l’unique cantine en France à proposer un repas intégral pour les enfants avec allergies, se félicite le chef de service restauration scolaire Bruno Gilet. Désormais au restaurant scolaire, on peut servir cinq menus différents : maternelle, primaire, adulte, sans porcs et sans viande. Les parents peuvent faire ce choix à l’année. »

A partir de novembre, conformément à la loi, un menu végétarien par semaine sera proposé à tous les écoliers. Pourquoi ne pas doubler cette proposition comme le souhaite le collectif ? « On va suivre la loi. On se réserve le droit de prendre du temps, répond-il. Selon une étude, les repas végétariens pourraient davantage exposer les enfants à certains allergènes. On dit simplement qu’on a besoin de recul. »