Côte d’Azur: Près de quinze ans de travaux et 600 millions d’euros prévus pour doubler la cadence des TER

TRANSPORTS Les deux premières phases du projet de Ligne nouvelle Provence Côte d'Azur font l'objet d'une concertation jusqu'au mois d'octobre

Fabien Binacchi
— 
La future gare TER-TGV de Nice aéroport, au dessus d’une halte routière
La future gare TER-TGV de Nice aéroport, au dessus d’une halte routière — SNCF Réseau
  • Dans le cadre du projet de Nouvelle ligne Provence Côte d’Azur, deux phases sont consacrées à la rénovation de l’existant.
  • Près de quinze ans de chantier seront notamment consacrés à la création d’une gare TGV à l’aéroport de Nice.

Passer d’une moyenne de 3,5 TER par heure aujourd’hui à 6, à l’horizon 2033. Avant le nouveau tracé du projet de Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur (LNPCA), (re)lancé en mars dernier par la ministre des Transports, deux premières phases de rénovation de l’existant sont sur les rails pour 600 millions d’euros.

Une période de concertation est ouverte jusqu’au mois de septembre pour arrêter définitivement ces chantiers. Le grand chambardement est surtout attendu à l’ouest de Nice.

Une gare TGV à l’aéroport

Le déplacement de la gare de Saint-Augustin au droit du Terminal 1 de l’aéroport, prévu pour 2021, sera (en fait) la première pierre d’un projet bien plus ambitieux. « Un bâtiment fusible, c’est-à-dire en préfabriqué et facilement démontable sera installé en entendant la nouvelle installation », précise Jean-Marc Illes, directeur de la mission LCPCA chez SNCF Réseau Paca. Fin 2026-début 2027, c’est une immense halte TER-TGV à quatre voies et pour 200 millions d’euros qui est programmée là.

« L’idée est de compléter le projet d’aménagement de la Plaine du Var avec un équipement qui assure toutes les fonctionnalités de la multimodalité », explique Roland Legrand, directeur des Gares nouvelles à SNCF Réseau. Directement connecté à la ligne 2 du tramway et à une gare routière de vingt emplacements, le site proposera aussi, à terme, 2.000 places de stationnement. Toujours à Nice, d’autres aménagements à Saint-Roch permettront de stocker davantage de trains.

La gare de Cannes-la-Bocca également déplacée

La deuxième phase est prévue à l’Ouest du département des Alpes-Maritimes, où l’ajout d’une quatrième voie dans les gares d’Antibes et de Cannes devrait également assurer un meilleur cadencement. Du côté de la Bocca, la gare sera déplacée sur le site actuel de Cannes-Marchandises avec deux options : au sud de l’avenue Pierre-Sémard ou à proximité du boulevard du Rivage. Au niveau de l’embranchement avec la ligne Cannes-Grasse, un doublement de la voie est prévu ainsi qu’un passage en souterrain pour fluidifier le trafic.

« Cette phase est programmée à partir de 2027 et jusqu’en 2033, mais pourrait intervenir plus tôt en fonction du financement », explique Jean-Marc Illes. Après ces chantiers, la capacité de la ligne sera donc quasiment doublée. Reste à savoir si l’autorité organisatrice des transports (la région aujourd’hui) décidera de faire rouler autant de trains…