Nice: Comment une recette traditionnelle tente de conquérir Paris

GASTRONOMIE Mardi, à l’occasion du 11e rendez-vous de l’innovation à la maison de la Métropole Nice Côte d’Azur à Paris, Luc Salsedo est venu présenter son produit phare avec lequel il entend conquérir la capitale : les chips de socca

Camille Tyrou

— 

Auparavant chef de cuisine, Luc Salsedo a fermé son restaurant en 2015 pour monter sa marque de chips de socca.
Auparavant chef de cuisine, Luc Salsedo a fermé son restaurant en 2015 pour monter sa marque de chips de socca. — Luc Salsedo
  • Luc Salsedo a créé les Socca chips en 2014 après avoir improvisé une recette apéritive avec un restant de socca, une galette à base de farine de pois chiches.
  • L’entrepreneur a depuis décidé de se consacrer pleinement à cette nouvelle activité et a fermé son restaurant en 2015.
  • Ses produits 100 % d’origine naturelle sont déjà disponibles dans 1.000 points de vente.

Faire voyager une recette traditionnelle de Nice dans toute la France et même à l’étranger, tel est l’objectif que s’est fixé Luc Salsedo, fondateur de Socca chips. C’est en déclinant la recette méditerranéenne de la socca, une galette à base de farine de pois chiches, que ce chef cuisinier dans son propre restaurant a eu une idée originale : la chips de socca. « J’ai voulu faire un essai car il me restait un peu de socca. J’en ai fait des chips. Puis, je les ai fait goûter à ma famille et aux clients, qui ont été séduits », raconte Luc Salsedo. Il a amélioré sa recette pour ensuite la commercialiser en 2014. La Socca chips est née.

Difficile de concilier deux activités, Luc Salsedo a dû faire un choix : son restaurant ou se lancer dans l’aventure de la Socca chips. « Je suis un passionné de cuisine. Ma femme et mes filles me soutenaient dans ce nouveau projet. On a donc décidé de poursuivre l’aventure et de fermer le restaurant en 2015 », souligne-t-il. Sa femme, Christine, et leur associée, Fabienne Rigourd, font partie de l’entreprise.

« Fier des selfies avec nos paquets de chips »

Depuis, l’activité a pris de l’ampleur et compte 30 employés. Les Socca chips sont désormais disponibles dans 1.000 points de vente – épiceries, grande distribution, cafés, hôtels et restaurants – et sont déclinées en deux saveurs : ail et romarin. Luc Salsedo a aussi imaginé la Socc’Apéro pour permettre à tous de faire de la socca à la maison.

Si la Socca chips rayonne déjà à Nice et dans la région Provence Alpes Côte d’Azur (PACA), l’ancien chef de cuisine entend conquérir la capitale et l’étranger. « Mon objectif est de faire voyager le produit et la tradition car elle n’a jamais bougé de Nice. Je suis fier de voir les gens prendre des selfies un peu partout avec nos paquets de chips. En quelque sorte, ils ramènent un peu de soleil chez eux », s’émeut Luc Salsedo.

Sans gluten

Disponible dans 15 épiceries fines et établissements de luxe à Paris, son produit est très demandé car peu de monde le trouve. « Notre mission est d’écouter les consommateurs car ils sont présents depuis le départ, c’est notre force. Ils doivent le trouver près de chez eux. Il faut qu’on trouve de nouveaux points de vente dans la capitale et à l’étranger, notamment en développant notre marché en Angleterre ou en Belgique où il y a déjà des demandes. Certains points de vente souhaitent d’abord le faire goûter à leur clientèle avant de le commercialiser. Alors on n’hésite pas à mettre en place des animations. Généralement goûter, c’est l’adopter ! », détaille-t-il.

En revanche, Luc Salsedo n’envisage pas de faire passer la quantité de production avant la qualité. « Les chips sont 100 % d’origine naturelle et sans gluten. En les goûtant, on est sûr de ce que l’on mange. On veut développer son export mais sa qualité primera toujours », conclut le Niçois.