Cagnes: Un bracelet et une appli pour joindre les secours en mer

TECHNOLOGIE La SNSM a mis au point ce système « Mer en sécurité » car rares sont les personnes qui se souviennent du numéro à composer, le 196

Mathilde Frénois

— 

Illustration d'un bateau de la SNSM, sociéte naionale de sauvetage en mer.
Illustration d'un bateau de la SNSM, sociéte naionale de sauvetage en mer. — SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA
  • L’application géolocalise la victime et appelle les secours.
  • La SNSM de Cagnes-sur-Mer a aussi développé un bracelet étanche avec un bouton d’alerte.
  • En 180 et 200 interventions sont assurées chaque année dans les Alpes-Maritimes par les bénévoles de la SNSM.

Quel numéro appeler quand on est en détresse en mer ? Une colle pour beaucoup de personnes. Et bon nombre de plaisanciers. « Si on fait un sondage au port, on sera stupéfaits. Presque personne ne cite le 196, fait remarquer Gil Rochette. Les gens en difficulté en mer appellent la capitainerie car c’est le seul contact dont ils se souviennent. »

Rafraîchir la mémoire des navigateurs prendrait trop de temps. Alors ce patron de la vedette de la SNSM de Cagnes-sur-Mer a lancé l’application « mer en sécurité » qui appelle le bon numéro, sans avoir à le retenir.

La géolocalisation

« Quand une personne est en difficulté en mer, elle se géolocalise avec son téléphone, explique Gil Rochette. Puis elle appuie sur un bouton rouge qui appelle le Cross [Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage]. » Chaque année, les six stations de sauvetage des Alpes-Maritimes font entre 180 et 200 interventions. Certaines émanent directement de cette application téléchargeable gratuitement sur iOS et Androïd.

Si les plaisanciers n’ont pas en tête le numéro 196, certains n’ont pas non plus en main leur smartphone. C’est le cas des véliplanchistes, des amateurs de kitesurf ou de jet-skis. Pour ces vacanciers, qui risquent de faire tomber leur téléphone à l’eau, la SNSM de Cagnes-sur-Mer vend sur son site du Cross un bracelet. Il suffit d’appuyer sur son bouton pour appeler les secours. « Cette fois, c’est un proche qui est prévenu sur son portable. Un message lui est envoyé, pointe Gil Rochette. On ne veut pas encombrer les services de secours. » Un système qui n’est pas réservé aux amateurs de la Méditerranée. Il est possible d’enfiler un bracelet pour une randonnée en montagne.