Nice: Un «nouveau règlement intérieur» des mariages bientôt adopté pour éviter les débordements

CHARTE Des dispositions prises « afin de toujours plus préserver la solennité du moment »

Mathilde Frénois

— 

Illustration d'échange de vœux de mariage.
Illustration d'échange de vœux de mariage. — Frank Winkler

Des invités surprise ? Une présentation devant Monsieur le maire avec le « quart d’heure de politesse » de retard ? Impossible à la mairie de Nice. Pendant les mariages niçois, il faut définitivement se tenir à carreau. Après la charte en 2012, la ville annonce qu’elle met en place un règlement intérieur. Il sera proposé lundi en conseil municipal.

« Afin de toujours plus préserver la solennité du moment, le nouveau règlement intérieur de la ville de Nice prévoit les formalités obligatoires préalables, le respect des horaires de la cérémonie, le lieu, l’accès et le stationnement des véhicules, le respect du nombre d’invités en accord avec la capacité de la salle, l’attitude à adopter lors de la cérémonie et le comportement du cortège », indique la municipalité dans un communiqué. Et en cas de non-respect de ce « code de bonne conduite », les futurs mariés pourraient voir leur union être reportée « au premier jour ouvrable suivant ».

Huit mariages annulés

En novembre 2018, un mariage avait été annulé après un jet de fumigène sur un commissariat. La même année, c’est pour conduite dangereuse et outrage à agent que la mairie avait refusé de célébrer l’union. « Depuis la mise en pratique de cette charte, seulement huit mariages, sur plus de 8.000 célébrés, ont été annulés, compte le maire LR de Nice Christian Estrosi. C’est une nette amélioration des conditions de célébrations d’un moment solennel. Mariage, Pacs, baptême civil, aucune de ces célébrations ne peut légitimer des troubles à l’ordre public, à la tranquillité, sous aucun prétexte que ce soit. »

Ce nouveau règlement intérieur permettra, selon la ville, « de sensibiliser davantage les administrés et de les accompagner vers une prise de conscience de l’ensemble des dispositions à respecter ». En 2012 déjà, avec sa charte, Christian Estrosi souhaitait interdire les mariages trop bruyants interdisant les « cris, orchestre, déploiement de drapeaux notamment étrangers ». Des voix s’étaient levées à gauche pour dénoncer des mesures stigmatisantes.

À Nice, les mariés sont priés de baisser le son