Nice: Fini le BHNS, un tram-train finalement annoncé pour desservir l'Ariane et la vallée du Paillon

TRANSPORTS Quatre kilomètres de nouvelles voies, connectés aux rails de la SNCF, devraient être créés à l’horizon 2026

Fabien Binacchi
— 
A Nice, la ligne 1 du tramway ne vas pas au-delà de l'hôpital Pasteur pour le moment
A Nice, la ligne 1 du tramway ne vas pas au-delà de l'hôpital Pasteur pour le moment — ANP / 20 Minutes
  • Jusqu’à présent, pour la desserte de l’Ariane et de la vallée du Paillon, la métropole niçoise avait opté pour un service de Bus à haut niveau de service.
  • Christian Estrosi annonce finalement un projet de tram-train.
  • Quatre kilomètres de voies nouvelles sont prévus pour un budget de 190 millions d’euros

Il ne voulait pas en entendre parler. A une prolongation du tramway pour desservir la vallée du Paillon, réclamée dans une pétition et lors d’une manifestation, Christian Estrosi avait préféré la solution d'un Bus à haut niveau de service (BHNS).

Une option choisie dès 2018 et défendue encore en mars dernier comme étant « plus rapide » et « quatre fois moins chère ». Jeudi, le maire et président de la métropole a fait volte-face, annonçant opter pour la création de 4 km de voies supplémentaires et une connexion tram-train à la Trinité.

Le tram sur les voies SNCF

Le tracé envisagé (en bleu)

Concrètement, les rames du tramway emprunteront de nouveaux rails construits depuis le terminus de la ligne 1 à Pasteur. Ils longeront la rive droite du Paillon, desservant le quartier de l’Ariane et Saint André-de-la-Roche, jusqu’au pont Anatole-France. De l’autre côté du fleuve, les trams rejoindraient les voies ferrées de la SNCF à la gare de la Trinité-Victor et grimperont jusqu’à Drap.

Cette solution sur 7 km au total, et qui couvre « un bassin d’emplois et de population très important de 45.000 personnes » représenterait un budget de 190 millions d’euros. Mais, elle a « du sens » face à l’option, moins chère (140 millions), d’une seule ligne de tramway de 4,4 km qui ne desservirait que « 25 000 personnes », a défendu Christian Estrosi.

« Le bon sens semble l’emporter »

Quoi qu’il en soit, pour l’opposition, c’est une victoire. Le conseiller municipal Patrick Allemand saluait jeudi « tous ceux qui se sont mobilisés pour une pétition qui a dépassé les 7.000 signataires ». « Le bon sens semble l’emporter », a tranché le communiste Robert Injey, appelant à « la vigilance sur la concrétisation du projet », annoncé « à moins de dix mois des élections ».

Pour ce projet de tram-train, annoncé pour 2026, la mairie va solliciter des financements de la région et du département. Elle devra surtout tout valider avec la SNCF, avec qui des négociations « ont été lancées ».