Côte d'Azur: Chanel va faire replanter 600 bigaradiers pour relancer la culture de la fleur d'oranger

PARFUMS La production de néroli, l'huile essentielle de fleur d'oranger, historique dans le département, est en déclin depuis la fin des années 50

Fabien Binacchi

— 

La récolte 2019 s’est achevée il y a quelques jours avec 4t de fleurs ramassées
La récolte 2019 s’est achevée il y a quelques jours avec 4t de fleurs ramassées — Chanel
  • La culture de la fleur d'oranger, à la base de l'essence de néroli utilisée en parfumerie, a longtemps été importante sur la Côte d'Azur avant de décliner.
  • Pour la relancer, Chanel va faire replanter 600 bigaradiers.
  • La maison de luxe utilise le néroli dans plusieurs de ses parfums.

La récolte à peine terminée fin mai, les 4 tonnes de fleurs d’oranger ramassées dans les agrumeraies de la Côte d’Azur ont été transformées. Quatre mille kilos de pétales donc pour, au final, obtenir 10 (oui, seulement 10) litres d’essence de néroli.

Les fleurs d'oranger sont distillées juste après la récolte pour obtenir le néroli
Les fleurs d'oranger sont distillées juste après la récolte pour obtenir le néroli - Chanel

« Dans les années 20, les bigaradiers [l’arbre de l’orange amère] étaient bien plus nombreux et la récolte pouvait monter jusqu’à 80 tonnes par an », rappelle Cécile Mul. La présidente de la société Mul aromatiques, basée à Pégomas, a été mandatée par Chanel pour relancer cette culture en déclin depuis un gel ravageur, en 1956.

Pérenniser la matière première

« Après cet épisode, la plupart des parfumeurs se sont tournés vers la Tunisie pour des questions de coût, précise encore la responsable de cette entreprise qui fait pousser toutes les fleurs du parfumeur sur la Côte d’Azur, dont l’entêtante tubéreuse. Seul Chanel a continué à s’approvisionner dans le département et aujourd’hui la totalité de la production de la coopérative azuréenne Nérolium, fondée en 1904, lui est réservée. »

La maison de luxe entend pérenniser sa matière première et même en obtenir davantage. « Le projet est d’accompagner chaque propriétaire de terrains et d’initier de nouvelles plantations d’arbres », détaille la direction de Chanel, qui utilise le néroli made in Côte d’Azur dans son extrait de N°5 et pour son nouveau parfum Paris-Riviera.

A Vallauris et au Bar-sur-Loup

Au total, 600 pieds de bigaradiers bio vont être plantés. « Ils seront mis en terre dès le printemps 2020, précise Cécile Mul. Il y en aura 200 sur une parcelle de 5.000 m2 au Bar-sur-Loup et 400 sur un hectare à Vallauris-Golfe-Juan. Les terrains sont mis à disposition par les mairies et, pour la deuxième surface, aussi par le conservatoire du littoral. »

« Les nouvelles pépinières proposent des bigaradiers Citrus Aurantium L. originaires des filières historiques des communes de Vallauris Golfe-Juan et du Bar-sur-Loup, ajoute la maison de luxe. Ce qui permet de sécuriser tant la qualité olfactive que la quantité de fleurs nécessaires aux parfums Chanel. » Pour, à terme, doubler la production.