Côte d'Azur: Bee Riviera, la start-up qui propose d’installer une ruche au fond de votre jardin

ECOLOGIE L’entreprise azuréenne Bee Riviera propose de faire vivre des abeilles chez soi

Mathilde Frénois

— 

L’entreprise Bee Riviera a pour objectif d’implanter 400 à 500 ruches en 2019.
L’entreprise Bee Riviera a pour objectif d’implanter 400 à 500 ruches en 2019. — Bee Riviera
  • Pour favoriser l’implantation des abeilles et respecter les conditions de sécurité, Bee Riviera a trouvé la solution de la « ruche cheminée », une ruche dont la sortie d’abeilles ne se fait pas à hauteur d’homme mais à 2,5 m de haut.
  • Une fois installée, c’est Bee Riviera qui s’occupe aussi de son entretien et de la récolte du miel.
  • Un petit pot de miel est reversé aux propriétaires des terrains où les abeilles ont élu domicile.

Des abeilles qui volent sur la terrasse pour butiner dans les jardinières, avant de rejoindre la ruche au fond du jardin. C’est ce petit rituel qui pourrait bien s’installer dans les coins verts de la Côte d’Azur. A Biot, l’entreprise Bee Riviera propose d’implanter « une ruche chez vous ».

« L’objectif est le maintien de la biodiversité et de cette espèce. Sans abeille, on n’est pas grand-chose : l’abeille participe à la pollinisation. Sans elle, il n’y aurait plus grand-chose dans notre assiette. Elle est importante dans tous les territoires, explique Loïc Palazon, cofondateur de l’entreprise. Pour aller dans ce sens, on accompagne les démarches d’installation de ruches. »

Un pot de miel

Pour favoriser l’implantation des abeilles et respecter les conditions de sécurité, il a trouvé la solution de la « ruche cheminée », une ruche dont la sortie d’abeilles ne se fait pas à hauteur d’homme mais à 2,5 m de haut. Une fois installée, c’est Bee Riviera qui s’occupe aussi de son entretien et de la récolte du miel. Puis qui redonne des pots de miel aux propriétaires des jardins où les abeilles ont élu domicile.

Cette solution, Bee Riviera la propose aussi à des entreprises et des collectivités pour 2.500 euros. « Là, la démarche va plus loin. Dans le cas d’une commune, un travail est fait dans les écoles autour de l’abeille. Tout un programme se met en place, dit Loïc Palazon. Pour les entreprises, elles peuvent communiquer autour de leurs engagements écologiques. »

La semaine dernière, c’est le village de La-Colle-sur-Loup qui s’est engagé à voir voler des abeilles dans ses espaces verts, en s’inscrivant dans le « Plan abeilles » de la région. Objectif pour Bee Riviera : installer entre 400 et 500 ruches avant la fin de l’année. Afin de voir les jardins bourdonner.