Nice: Après les blocages, les contrôles renforcés face à l'afflux de VTC à l'aéroport

REGLEMENTATION La préfecture a équipé les policiers d’un dispositif leur permettant de savoir instantanément si les chauffeurs sont en règle

20 Minutes avec AFP

— 

VTC (illustration)
VTC (illustration) — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA
  • Au début du Festival de Cannes, les taxis et les VTC avaient tour à tour bloqué l’aéroport de Nice pour protester contre l’arrivée massive de chauffeurs sur la Côte d’Azur.
  • La préfecture des Alpes-Maritimes annonce le renforcement des contrôles.

L’aéroport de Nice est placé sous étroite surveillance. La police a accentué ses contrôles après le coup de force des taxis et des VTC qui ont bloqué la plateforme à deux reprises au début du Festival de Cannes, excédés par la concurrence de chauffeurs extérieurs. « Depuis vendredi, les policiers sont équipés de tablettes qui permettent de flasher les QR codes des véhicules autour de l’aéroport. Ils sont reliés à une application et peuvent savoir si tel ou tel VTC est en règle ou non », a indiqué la préfecture où plusieurs réunions se sont enchaînées depuis mardi dernier, premier jour du rendez-vous cannois.

« Le policier peut savoir la provenance du VTC et lui demander le bon de commande préalable. S’il ne l’a pas et est en maraude électronique, il risque entre 1.500 et 15.000 euros d’amende, voire sa carte et l’immobilisation du véhicule s’il est en récidive », précise Nabil Debouz du syndicat CFDT VTC.

« Ça va éradiquer les faussaires de cartes »

La maraude électronique est interdite et les chauffeurs ont obligation de retourner à leur base, ou de se garer dans un parking privé, une règle légale qui reste souvent très théorique. « Ça va éradiquer les faussaires de cartes », ajoute le syndicaliste, partiellement satisfait. Selon lui, le problème serait réglé si le géant de la réservation de véhicules avec chauffeur Uber coupait l’application aux voitures roulant loin de leur base : « Uber a fait un calcul : pour un client il veut cinq chauffeurs sinon ça majore les prix et les clients sont mécontents. Certains chauffeurs prennent le risque de marauder, alors que si l’appli est éteinte ils ne peuvent pas. »

Attirés par la manne du Festival de Cannes (14-25 mai) et le Grand Prix de Monaco (23-26 mai), des dizaines de chauffeurs voire des centaines sont arrivés sur la Côte d’Azur. Quelque 5.700 chauffeurs ont fait une demande d’accréditation payante pour accéder et stationner dans l’aéroport de Nice Côte d’Azur pour la saison, alors qu’on compte 2.000 à 2.500 professionnels taxis et VTC dans le département, selon la fédération des taxis de Nice.