Nice : Les taxis bloquent l’aéroport le jour de l’ouverture du festival de Cannes

BLOCAGE Les chauffeurs demandent à être mis sur même un pied d’égalité avec les VTC, notamment lors des contrôles de la répression des fraudes

Mathilde Frénois

— 

Un taxi (illustration).
Un taxi (illustration). — G . VARELA / 20 MINUTES

C’est peut-être l’un des jours où il y a le plus d’arrivées dans le ciel de la baie des Anges. Et celui où il faut faire preuve de prestige. Les taxis ont choisi ce mardi, jour d’ouverture du Festival de Cannes, pour bloquer les accès à l' aéroport de Nice-Côte d'Azur.

Une action qui n’avait pas été planifiée. Et dont la date n’avait pas été préméditée, assure-t-on du côté des manifestants : « On a subi un contrôle de la répression des fraudes. C’est normal. Mais on demande que les VTC soient aussi contrôlés, explique le secrétaire du syndicat des taxis de Nice, Christophe Charpentier. On veut simplement que la loi soit appliquée. » C’est à 9h ce mardi matin que les chauffeurs ont mis en place leur blocage : « On laisse passer les professionnels, les livreurs, l’aviation civile, les passagers… On oblige seulement les VTC à décharger au P3, le parking du public. »

« On ne refuse pas la concurrence »

Une colère qui revient chaque année au moment du Festival de Cannes. A cette période de l’année, plusieurs centaines de VTC sont mobilisées sur la Côte d’Azur pour transporter les festivaliers. « On ne refuse pas la concurrence. Mais il faut qu’on soit tous sur un même pied d’égalité, qu’on soit tous contrôlés, estime Christophe Charpentier. C’est un métier de transport pour les gens. On paye la licence, la responsabilité civile, l’assurance, les charges, les impôts. Eux beaucoup moins. » Les taxis affirment qu’ils bloqueront tant qu’ils ne sont pas reçus en préfecture.

De son côté, l’aéroport a prévenu ses clients : « En raison d’un mouvement contestataire des taxis, les accès à l’aéroport sont perturbés, écrit la plateforme sur son compte Twitter. Nous invitons les passagers à prendre leur précaution et à arriver plus tôt à l’aéroport. » Sollicitée par 20 Minutes, la préfecture des Alpes-Maritimes n’a pas encore donné suite.