Nice: Une église serbe en danger, Djokovic pourrait participer à sa sauvegarde

PATRIMOINE Les propriétaires souhaitant vendre le local, l’association de la Dormition n’a pas les moyens d’acheter les murs. C’est le champion de tennis qui pourrait apporter une partie des fonds nécessaires

Mathilde Frénois

— 

La chapelle orthodoxe de la Dormition de Nice est en danger.
La chapelle orthodoxe de la Dormition de Nice est en danger. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Une église serbe orthodoxe de Nice est menacée de fermeture.
  • Une soixantaine de fidèles niçois pourrait se retrouver sur le carreau, ainsi que plus de 500 Serbes de la Côte d’Azur venant occasionnellement dans le lieu de culte.
  • Novak Djokovic, qui réside à Monaco et la fréquente parfois, a été sollicité pour mettre la main à la poche afin de racheter le lieu et ainsi sauver l'église.

La petite chapelle orthodoxe de la Dormition occupe le rez-de-chaussée d’un immeuble du quartier du port de Nice. A chaque tête qui passe dans l’entrebâillement de la porte, Bertrand Bouissou propose une petite visite : « Entrez ! C’est rare que ce soit ouvert. » Si le président de l’association cultuelle de la Dormition insiste auprès des curieux de passage, c’est que son église risque de définitivement fermer ses portes.

Les propriétaires souhaitent vendre le local.

« C’est un local que l’association loue depuis 60 ans. La propriétaire est décédée il y a deux ans, raconte Bertrand Bouissou. Depuis, les héritiers veulent vendre ce lieu comme si c’était une paire de godasses. » Rattachée au patriarcat de Serbie, l’église n’a pas les moyens d’acheter ce lieu affiché à 265.000 euros. En plus des visiteurs, c’est une soixantaine de fidèles niçois qui pourrait se retrouver sur le carreau. Ainsi que plus de 500 Serbes de la Côte d’Azur venant occasionnellement dans le lieu de culte.

Mélange de tradition serbe et niçoise

En plus d’accepter les dons (à envoyer à l’association cultuelle de la Dormition), le diocèse a cherché des aides sur la Côte d’Azur. Et il s’est tourné vers les fortunes serbes qui y résident. Dont le numéro 1 au classement ATP, le tennisman résidant monégasque Novak Djokovic : « Il est déjà venu avec son petit, confirme le président de l’association. On est en contact avec lui car on est dans une phase d’achat. » Fin 2018, le joueur serbe y a fait brûler un cierge avec son fils. Et a même publié une série de photos sur son compte Instagram : « C’était merveilleux de faire partie de cette journée spéciale où des familles serbes se rassemblent et partagent de beaux moments », écrivait-il alors. L’espoir de sauver l’église pourrait venir, entre autres, de Novak Djokovic.

Fondée il y a 60 ans dans un ancien espace de stockage du charbon, l’église présente sur ses murs des fresques, des icônes et des arbres qui sont un savant mélange entre les deux traditions, serbe et niçoise. Ainsi, des pins parasol, cerisiers, cyprès, oliviers, orangers, mimosa et lauriers ont été peints sur ses murs à côté des apôtres. « C’est un lieu historique et culturel pour la ville car il y a aussi la présence de saints niçois », pointe Bertrand Bouissou. Si le local est racheté, il pourrait être transformé en commerce ou en bar. Et c’est un pan de la culture franco-serbe qui s’envolerait.

Bertrand Bouissou, président de l'association cultuelle de la Dormition, fait visiter l'église.
Bertrand Bouissou, président de l'association cultuelle de la Dormition, fait visiter l'église. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes