VIDEO. Nice: La ministre de la Justice reconnaît qu'il y a eu «un souci de transparence» dans le cas de Geneviève Legay

JUSTICE Nicole Belloubet est revenue sur l’affaire de la militante d’Attac, blessée dans une charge de la police alors qu’elle participait à une manifestation interdite des « gilets jaunes » à Nice

M.F.

— 

Geneviève Legay avant la charge des policiers, samedi à Nice.
Geneviève Legay avant la charge des policiers, samedi à Nice. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

D’abord le procureur de la République de Nice avait annoncé que Geneviève Legay n’avait « pas été touchée intentionnellement par quelqu’un ». Cinq jours plus tard, Jean-Michel Prêtre admettait que ses « blessures résultent de l’action d’un fonctionnaire de police ».

C’est sur ce retournement de situation qu’a été interrogée la ministre de la Justice, mercredi après-midi au Sénat. Nicole Belloubet parle de « souci de transparence ».

« Je ne souhaite pas commenter cette affaire qui est actuellement en cours. Donc je ne souhaite pas aller au-delà de ce qui a été dit par le procureur. L’article 11 prévoit que le parquet peut communiquer sur les affaires qui sont en cours. Je n’interviens pas sur ce sujet pour commenter la façon dont le parquet a appliqué le texte », explique la garde des Sceaux.

Victime d’une fracture au crâne

Et de détailler : « Le parquet a communiqué sur la base des informations qu’il a à un moment donné. Elles ont dû être rectifiées au fur et à mesure qu’il a eu connaissance d’images vidéo. Il me semble qu’il y a là-dessus un souci de transparence dont le procureur a témoigné. Nous verrons plus tard comment on peut faire un retour d’expérience sur ce sujet. »

Geneviève Legay est une militante d’Attac. Le samedi 23 mars, elle participait à un rassemblement interdit des « gilets jaunes ». C’est là que la Niçoise de 73 ans a été prise dans la charge des policiers qui tentaient d’évacuer la place. Victime d’une fracture au crâne, elle a été prise en charge à l’hôpital Pasteur de Nice pendant dix jours. Elle a été transférée mardi dans une maison de convalescence.