VIDEO. De Nice à Cannes, quinze jardins éphémères en compétition offrent des «rêves de Méditerranée»

ŒUVRES D'ART La deuxième édition du Festival des jardins de la Côte d’Azur se tient jusqu’au 28 avril

Fabien Binacchi

— 

Des œuvres d'art végétales sont en compétition
Des œuvres d'art végétales sont en compétition — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • La deuxième édition du Festival des jardins de la Côte d’Azur se tient jusqu’au 28 avril
  • Quinze jardins éphémères sont en compétition sur le thème « Rêves de Méditerranée ».

Une structure qui s’enroule autour de palmiers, culminant jusqu’à 4 m du sol. Dans la sérénité des jardins de la médiathèque Rothschild, à Cannes, un étonnant serpent blanc décoré de touches colorées vient de se faufiler.

Flying garden en montage dans les jardins de la Villa Rotschild
Flying garden en montage dans les jardins de la Villa Rotschild - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Œuvre d’art végétale, ce « Flying garden » est l’une des quinze créations en lice pour la deuxième édition du Festival des jardins de la Côte d’Azur, ouvert dès ce samedi et jusqu’au 28 avril dans cinq villes. Nice, Antibes, Grasse et Menton accueillent aussi cette compétition, sur le thème, cette année, « Rêves de Méditerranée ».

Des jardins aériens pour s’adapter à l’urbanisation

« Avec l’urbanisme grandissant qui grignote les sols, on a imaginé un jardin en l’air, fait des végétaux flottants qui pourraient rafraîchir les villes et les gens qui passent en dessous », explique les créateurs de cette sculpture florale, Floriane Amerty et Florian Vanderdonckt, tous les deux diplômés des Beaux-arts de Montpellier.

Les jardins éphémères resteront en place jusqu'au 28 avril
Les jardins éphémères resteront en place jusqu'au 28 avril - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Près de 90 plantes (pétunias, ipomée battata, verveine…) sont installées dans une gaine de ventilation XXL de 82 mètres de long soutenue par 41 pieds.

Une ode aux femmes d’Orient, une vision du moucharabieh

Un peu plus en contrebas, dans le jardin, autre ambiance aux parfums d’Afrique de Nord. Daniel Thomin, l’un des créateurs de « Funduq », s’assure que ses Tillandsia (aussi appelés « Filles de l’air » pour leur habilité à pousser un peu partout) sont bien fixés.

Funduq, un hommage aux femmes orientales
Funduq, un hommage aux femmes orientales - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« On a voulu donner notre expression du moucharabieh. C’est une ode aux femmes d’Orient, inspirée de l’œuvre de Mondrian avec des carrés de différentes couleurs et des vides », explique-t-il. Environ 10.000 de ces Tillandsia aux teintes chamarrées sont installés dans des panneaux fabriqués au Maroc, comme les zelliges qui pavent certaines allées. Des graminées et un paillage en fèves de cacao complètent le décor.

Dimanche, quatre trophées seront décernés : le prix du jury, présidé cette année par Marina Picasso, le prix des professionnels, le prix de la presse et le prix « Green Deal » attribué au jardin le plus écologique. Huit autres jardins éphémères hors concours sont également ouverts au public. A Nice, jardin Albert-1er, Stéphane Marie, le jardinier star de l’émission de France 5 Silence, ça pousse !, propose son « Tapis volant ».