VIDEO. «Gilets jaunes» à Nice: Le préfet prend un nouvel arrêté d'interdiction des manifestations pour samedi

DECISION Cette décision intervient dans un contexte tendu, une semaine après la blessure de Geneviève Legay, survenue dans une charge de la police

Fabien Binacchi

— 

Geneviève Legay, 73 ans, a chuté dans la charge des policiers, samedi lors d'un rassemblement interdit à Nice.
Geneviève Legay, 73 ans, a chuté dans la charge des policiers, samedi lors d'un rassemblement interdit à Nice. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Son périmètre est moins large, mais un nouvel arrêté d’interdiction de manifester a bien été pris pour la journée de samedi à Nice, dans un contexte tendu, une semaine après la blessure de Geneviève Legay, survenue dans une charge de la police.

La préfecture a ainsi décidé de sanctuariser la place du Général-de-Gaulle, les avenues Malaussena, Jean-Médecin, de Verdun et le petit velum de la place Massena de 6h à 22h.

L’association Tous citoyens ! a déjà réagi, accusant « le préfet des Alpes-Maritimes, irresponsable, souffle sur les braises ».

« Des appels à la vengeance »

Dans le texte publié sur le site Internet de la préfecture des Alpes-Maritimes, au milieu d’autres arrêtés et pour le moment sans aucune communication auprès de la presse ou sur les réseaux sociaux, l’interdiction est notamment justifiée par « des appels à la vengeance, en réaction aux violences policières qui auraient été subies, largement relayées sur les réseaux sociaux avec des commentaires alarmants ».

Le préfet note également que « l’acte XX de la mobilisation des “gilets jaunes” annoncé ce week-end en réaction aux incidents, très largement médiatisés survenus à Nice le 23 mars dernier, pourrait réunir jusqu’à 500 activistes et militants dans les rues niçoises dans un climat tendu voire provocateur ». L’arrêté prévoit ainsi de « préserver la liberté du commerce et les activités touristiques à Nice ».