«Gilets jaunes» à Nice: On connaît les zones interdites à la manifestation

PERIMETRE Après avoir obtenu l’interdiction de rassemblement samedi, le maire LR de Nice Christian Estrosi a dévoilé les secteurs concernés

Mathilde Frénois

— 

Les gilets jaunes manifestent dans les rues de Nice, le 17 novembre 2018.
Les gilets jaunes manifestent dans les rues de Nice, le 17 novembre 2018. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Sans dévoiler exactement le nom des rues, le maire LR de Nice a précisé les secteurs qui seront interdits de manifestation.
  • Un périmètre « beaucoup plus large qu’à Paris, qu’à Bordeaux et qu’à Toulouse », précise-t-il.
  • Les « grandes parties stratégiques de la ville » ne pourront accueillir de « gilets jaunes ».

On savait qu’un « périmètre défini » serait interdit de manifestation à Nice. On connaît désormais les zones concernées. Ce jeudi, Christian Estrosi a indiqué les rues où les « gilets jaunes » seront persona non grata. Une annonce consécutive à la décision du gouvernement de prendre  un arrêté contre les rassemblements.

Sans dévoiler exactement le nom des rues, le maire LR de Nice a précisé les secteurs qui seront interdits de manifestation. Un périmètre « beaucoup plus large qu’à Paris, qu’à Bordeaux et qu’à Toulouse », précise-t-il. Les « grandes parties stratégiques de la ville » s’étendent donc de l’aéroport à l’hypercentre. L’axe de la ligne 2 de tramway est compris dans le secteur. Ainsi que l’ouest du port de Nice avec « les quartiers touristiques et animés » comme Bonaparte et « l’ensemble de la ville ancienne ». En remontant au nord aussi, certaines artères ne pourront accueillir de manifestants. Il s’agit de Gambetta, Jean-Médecin, Malausséna jusqu’à la place du Général-de-Gaulle.

« Des moyens très conséquents seraient mobilisés »

Le dispositif s’étend bien au-delà de Nice, allant jusqu’à l’ouest de la région et du côté frontalier italien. Pour éviter que des casseurs ne parviennent à rejoindre la capitale azuréenne. « Un état des lieux des moyens mobilisables et mobilisés a été fait ce matin lors d’une réunion en visioconférence entre le préfet, moi-même, le ministre de l’Intérieur, l’ensemble des services de renseignement, de la police nationale et de la gendarmerie, à laquelle ont été conviés les parlementaires, explique le maire de Nice. Il nous a été précisé que des moyens très conséquents seraient mobilisés. »

Cette décision fait suite à une requête de Christian Estrosi. Au vu de l’appel national des gilets jaunes à se rassembler samedi à Nice, le maire LR a demandé au gouvernement d’interdire cette manifestation. Demande accordée.

La visite du président chinois

L’arrêté a été pris alors que le rassemblement de samedi dernier sur les Champs Elysée à Paris s’est conclu par de nombreuses dégradations, du mobilier urbain aux kiosques à journaux en passant par les restaurants. L’actualité locale aussi a influé sur cette décision : le président chinois Xi Jinping sera en visite sur la Côte d’Azur ce week-end. La promenade des Anglais sera d'ailleurs fermée dimanche et lundi pour des raisons de sécurité. Le musée Massena, situé sur la prom, n’ouvrira pas ses portes de samedi à lundi. Xi Jinping pourrait y déposer une gerbe de fleurs au mémorial de l’attentat de Nice.

Si les commerçants sont soulagés par ces mesures préventives, les « gilets jaunes » revendiquent leur « droit de manifester librement ». Ils rappellent qu’en quatre mois, « il n’y a pas eu de débordements » à Nice.