VIDEO. Nice: Et si les habitants avaient accès gratuitement (même sans déguisement) à leur Carnaval?

FESTIVITES Cette hypothèse est à l'étude, explique-t-on en mairie, alors qu'une pétition est lancée

Fabien Binacchi

— 

Le roi du Cinéma a rassemblé 204.000 spectateurs cette année
Le roi du Cinéma a rassemblé 204.000 spectateurs cette année — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Le Carnaval de Nice a rassemblé 204.000 spectateurs cette année et offrait comme toujours l’accès aux personnes déguisées.
  • L’opposition municipale, qui vient de lancer une pétition, réclame une gratuité pour tous les Niçois.

De grands panneaux occultants, noirs et froids. Des accès ultra-surveillés. Depuis son édition 2017 et un virage sécuritaire post-attentat du 14-juillet, il faut forcément payer pour apercevoir les chars du Carnaval de Nice. Ou alors venir déguisé de la tête aux pieds pour se voir offrir l'entrée (hors tribunes), facturée normalement 12 euros.

La météo hyper clémente du mois de février ou bien le thème très porteur, celui du cinéma (ou encore un mix des deux), ont fait exploser la fréquentation cette année, avec 204.000 spectateurs, dont 158.703 qui ont payé leur place.

Mais pour Patrick Allemand, « partager Carnaval est un facteur de cohésion sociale » et selon l’élu d’opposition, qui a lancé une pétition, « il est primordial que les Niçois se le réapproprient », déguisés ou pas, gratuitement. Il propose que les détenteurs de la carte Pass Musée (délivrée sur présentation d’un justificatif de domicile pour accéder à tous les musées municipaux) puissent bénéficier d’un accès sans frais au Carnaval.

Envisageable mais difficilement applicable en 2020

Est-ce envisageable ? « Pourquoi pas, répond Rudy Salles, l’adjoint au tourisme. C’est une réflexion que nous menons depuis que la ville a repris à sa charge l’organisation. » Jusqu’en 2018, c’est l’office du tourisme qui gérait le Carnaval, « et il était donc normal que les choses se fassent avant tout sous le prisme touristique », avec plus de 30 millions d’euros de retombées pour l’économie locale chaque année.

« On travaille sur cette hypothèse, ajoute l’élu, mais il faut d’abord voir si elle peut être légale dès la prochaine édition. » Une éventualité qui paraît peu probable. Le Carnaval de Nice 2020, qui célébrera le Roi de la mode, aura lieu juste avant les élections municipales, une période où il est interdit, pour les mairies sortantes, de mettre en place de nouvelles initiatives.

L’idée sera-t-elle alors reprise après cette échéance ? Et quel impact aurait-elle sur les finances de la manifestation ? Pour cette dernière édition record du carnaval, la billetterie a encaissé près de 2,4 millions d’euros (+35 % par rapport à 2018) pour un budget de six millions d’euros. « Les locaux représentent 50 % du public [25 % viennent d’ailleurs en France et le reste de l’étranger] mais ceux qui achetaient leur place en tribune, continueront de le faire », projette Rudy Salles.