A la recherche des jeunes systèmes planétaires cachés... Les travaux de l'Observatoire de Nice bientôt exposés

LES YEUX VERS LE CIEL L'Universarium, un musée, va ouvrir d'ici à la fin de l'année sur le site niçois créé il y a 125 ans

Fabien Binacchi
— 
Les salles d'exposition seront situées au sous-sol du bâtiment
Les salles d'exposition seront situées au sous-sol du bâtiment — Agence Epure
  • Inauguré en 1881, l’Observatoire de la Côte d’Azur à Nice, se modernise pour accueillir un espace d’expositions ouvert au public.
  • Plus de 125 années de recherche dans le domaine de l’espace seront ainsi mises en scène.
  • L’actualité de l’observatoire, et notamment de son nouveau projet unique au monde pour la recherche des jeunes systèmes planétaires, sera présentée.

Sa grande coupole blanche, signée Gustave Eiffel, abritera bientôt tout le savoir que l’Observatoire de la Côte d’Azur (OCA) veut monter au public. D’ici à la fin de l’année, le bâtiment Le Grand équatorial, dessiné par l’architecte Charles Garnier, accueillera « l’Universarium », « un espace scénographique scientifique et technique ».

Le lieu d'expositions va être aménagé dans le bâtiment dessiné par Charles Garnier coiffé d'une coupole signée Gustave Eiffel
Le lieu d'expositions va être aménagé dans le bâtiment dessiné par Charles Garnier coiffé d'une coupole signée Gustave Eiffel - Ville de Nice

Une sorte de musée, ou plutôt de palais de la découverte, voué à partager les activités de recherche menées sur le site du Mont-Gros, à l’est de Nice. Soit plus de 125 années à scruter le ciel et l'espace. Et notamment via son nouveau projet Matisse, à la recherche des jeunes systèmes planétaires cachés dans la poussière de la voie lactée.

Des espaces « immersif », « interactif » et « contemplatif »

En plus d’une exposition « patrimoniale » (histoire des lieux, présentation d’instruments d’observation, etc.), le site proposera, dans les sous-sols du bâtiment, des espaces « immersifs », « interactifs » et même « contemplatifs ». Dans ce dernier carré, « les visiteurs seront allongés et une projection sera faite au-dessus d’eux » sur le thème « Nous sommes tous des poussières d’étoiles, nous retournerons aux étoiles », détaille la ville de Nice.

Des salles de projection sont prévues
Des salles de projection sont prévues - Agence Epure

Pendant la visite, un espace de projection permettra enfin de tout savoir des actualités scientifiques de l’observatoire. Et donc, notamment, sur son projet Matisse (pour « Multi AperTure mid-Infrared SpectroScopic Experiment », « expérience spectroscopique à ouvertures multiples dans l’infrarouge moyen »), un outil unique au monde qui pourrait permettre de mieux comprendre l’origine de la formation des planètes.

Jusqu’à 15.000 visiteurs par an

Cinquante physiciens, astronomes et ingénieurs de France, d’Allemagne et des Pays-Bas sont mobilisés sur ce projet de recherche sous la responsabilité de Bruno Lopez, astronome à l’OCA. Le dispositif, un instrument de 5 m sur 4 de près de 5 t, installé dans le désert chilien d’Atacama, commencera à scruter le ciel en avril.

Le site niçois, qui accueille moins de 8.000 visiteurs par an, en espère près de 15.000 avec l’ouverture de l’Universarium, prévue pour novembre après un chantier à 4,1 millions d’euros. Le nombre de visites guidées proposées sera largement augmenté.