Nice: Une association soigne les bobos de l’Art déco

PATRIMOINE La Niçoise Roberte Dallo milite pour la sauvegarde de ce style architectural…

Mathilde Frénois

— 

Roberte Dallo a créé l’association Gloria Mansion pour protéger ces immeubles.
Roberte Dallo a créé l’association Gloria Mansion pour protéger ces immeubles. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • L’Art déco vient tout droit des années 1930. Succédant à la Belle Epoque, ce mouvement réintègre l’ordre, la rigueur, la géométrie.
  • « On a tendance à oublier ce patrimoine parce qu’on ne le voit pas », estime la présidente de l’association Roberte Dallo.
  • Sans subvention ni don, l’association a pour but de sensibiliser les propriétaires, les syndics, les pouvoirs publics pour que ce style ne disparaisse pas.

Quand Roberte Dallo donne un rendez-vous, c’est forcément dans un bâtiment Art-Déco. Devant le 21, rue Marceau de Nice, elle fait très vite remarquer sa façade en ciment coloré et ses ferronneries. C’est que l’historienne niçoise est une passionnée d’Art déco. Et même une lanceuse d’alerte. Pour préserver et valoriser ce patrimoine, elle a lancé l’ association Gloria Mansion.

L’Art déco vient tout droit des années 1930. Succédant à la Belle Epoque et à l’Art nouveau ou « style nouille », ce mouvement réintègre l’ordre, la rigueur, la géométrie. En parallèle, les architectes redécouvrent des matériaux et élaborent de nouvelles techniques. Une rigueur dans le bâtiment, des formes géométriques, des décorations inscrites dans les enduits comme des mosaïques et des frises permettent de reconnaître ce style. Ferronneries, luminaires et lampadaires ont aussi leur place dans l’Art déco.

Près de 4.000 bâtiments

« En vingt ans, la ville s’est complètement transformée, pointe Roberte Dallo. On a tendance à oublier ce patrimoine parce qu’on ne le voit pas. Beaucoup de bâtiments ont été salis par la pollution ou recouverts par de la peinture dans les années 1950 et 1960. On n’arrive plus à les voir. » Pourtant, l’association Gloria Mansion a recensé près de 4.000 immeubles Art déco à Nice. Et elle s’est mis en tête de les protéger.

Sans subvention ni don, l’association sensibilise. « On explique que c’est un style reconnu qui a une valeur immobilière et financière, dit la présidente de l’association. Les enduits ne sont pas qu’esthétiques. Ils protègent aussi le bâtiment, lui permettent de vivre et de respirer. Ce n’est pas un détail. »

« On est des facilitateurs »

Pour que survive l’Art déco, Roberte Dallo et son association font un inventaire des bâtiments, contactent les syndics, sensibilisent les maîtres d’œuvre et interpellent les pouvoirs publics. « Notre objectif est de conseiller. On est des facilitateurs. Car Nice a plusieurs identités : baroque, éclectique, contemporains mais aussi Art déco, estime-t-elle. D’ailleurs, Nice postule à l’Unesco. Ce travail pourrait être repris. »

Roberte Dallo peut « parler des heures » du Gloria Mansion. Nom de son association, c’est aussi comme cela qu’a été baptisé un bâtiment rue de France. C’est sa plus grande victoire : « Ce monument est historique, l’un des plus beaux palais de France, dit-il. Quand il a été refait en 2012, on est intervenu pour conseiller. » L’association a aussi encadré les rénovations du palais de l’industrie, des Paons, des Mimosas. Pour trouver un équilibre entre Art déco et modernité.