Nice: Pour «balancer ton automobiliste», des étudiantes créent le compte Instagram «ParolesDePiétons»

A PIED En 2018, 13 piétons ont trouvé la mort sur les routes des Alpes-Maritimes…

Mathilde Frénois

— 

Un feu piéton à Paris. (Illustration)
Un feu piéton à Paris. (Illustration) — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA
  • « C’est parti d’un ras-le-bol général. Tous les matins en allant en cours à pied, on croise des automobilistes qui ne font pas attention aux piétons », raconte Florina, 23 ans et scolarisée en marketing digital.
  • Florina, Carla et Rachel compilent « les revendications de la vie quotidienne des piétons » grâce aux hashtags #NousSommesTousPiétons et #BalanceTonAutomobiliste.
  • En 2017, 484 piétons ont trouvé la mort. Un chiffre en hausse de 19 % par rapport à l’année précédente.

« Désolé, je ne vous avais pas vu. » C’est la petite ritournelle, bien connue, envoyée à un piéton lorsqu’un automobiliste ne lui cède pas la priorité au passage piéton. Ou quand la voiture lui passe à vive allure devant le nez. Ce sont toutes ces attitudes (et leurs réponses) que des étudiantes niçoises compilent. Elles viennent de lancer le compte Instagram Paroles de Piétons.

« C’est parti d’un ras-le-bol général. Tous les matins en allant en cours à pied, on croise des automobilistes qui ne font pas attention aux piétons, raconte Florina, 23 ans et scolarisée en marketing digital. On a commencé à en parler à notre entourage : tout le monde était d’accord là-dessus. » Sur le modèle des mouvements #BalanceTonPorc ou PassengerShaming, Florina, Carla et Rachel compilent « les revendications de la vie quotidienne des piétons » grâce aux hashtags #NousSommesTousPiétons et #BalanceTonAutomobiliste.

Allure excessive et manœuvre de véhicules

« Encore failli me faire écraser par un mec qui ralentit au passage piéton mais qui accélère dès que je m’engage », témoigne un internaute-piéton sur leur compte. « Je remarque depuis longtemps que, lorsqu’il n’y a pas de feux de signalisation, c’est vraiment dur de pouvoir traverser », écrit un autre.

Certaines de ces mésaventures ne restent pas dans le registre de l’anecdote. En 2017, 484 piétons ont trouvé la mort en France. Un chiffre en hausse de 19 % par rapport à l’année précédente. Selon la préfecture des Alpes-Maritimes, « le refus de priorité au piéton, l’allure excessive inadaptée, la chute, la manœuvre d’un véhicule et l’imprudence piéton » sont à l’origine de ces décès. En 2018 dans le département, 13 piétons sont décédés.

« Sensibiliser et interpeller »

« Ce qui nous a le plus interpellées, c’est que 56 % des personnes ont peur des passages protégés, pointe Carla, 24 ans. A Nice, on a été surprises du comportement des automobilistes. Quand le feu est vert pour les piétons, les voitures passent quand même. Elles s’en moquent. On est face à des conducteurs agressifs qui remettent la faute sur nous. C’était moins le cas en Bretagne, où nous sommes nées. »

Face à cette indifférence, les trois étudiantes espèrent interpeller les automobilistes. « L’idée, c’est de pouvoir en parler le plus possible, pour sensibiliser les pouvoirs publics et les citoyens. » Pour ne plus avoir peur de se faire renverser quand on traverse au passage clouté le regard rivé… sur son compte Instagram.