Nice: Estrosi annonce un chèque carburant à 20 euros, les «gilets jaunes» pas convaincus

POUVOIR D’ACHAT Il devrait être accessible, sous conditions, aux habitants des 49 communes de la métropole Nice Côte d’Azur dès le 1er janvier 2019…

Fabien Binacchi et Mathilde Frénois

— 

A la pompe, la signalétique va changer ce vendredi.
A la pompe, la signalétique va changer ce vendredi. — PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Dès le 1er janvier 2019, un chèque carburant à 20 euros par mois sera proposé pour les habitants de la métropole.
  • Une opération qui devrait engendrer un coût 500.000 euros à la collectivité pour l’année 2019. La collectivité devra d’abord soumettre la mesure aux votes des conseillers métropolitains.

Il dit s’être inspiré de « ce qui existe dans les Hauts-de-France ». Le maire LR de NiceChristian Estrosi vient d’annoncer la création, dès le 1er janvier 2019, d’un chèque carburant à 20 euros par mois pour les habitants des 49 communes de la métropole qu’il préside. La nouvelle « ne va rien changer à [la] colère », explique-t-on parmi les « gilets jaunes » azuréens. Une opération qui devrait engendrer un coût 500.000 euros à la collectivité pour l’année 2019.

« Je suis particulièrement opposé à cette hausse de la fiscalité de l’essence qui pénalise très injustement les Français qui sont bien souvent contraints d’utiliser leur véhicule individuel », explique l’élu à propos de cet avantage « ouvert à tous les habitants du territoire de la métropole ». Tous, oui. Mais pas sans conditions.

« Ce n’est pas qu’une histoire de carburant »

La collectivité, qui devra d’abord soumettre la mesure aux votes des conseillers métropolitains, les a précisées. Pour bénéficier de ce bonus, il faudra notamment être employé en CDI ou CDD dans l’une des 49 communes, mais aussi ne pas résider à moins de 500m d’un arrêt de tramway, avoir un trajet supérieur à 10km entre le domicile et le travail et gagner moins de deux fois le SMIC (2.340 nets au 1er janvier 2018).

« Christian Estrosi essaie de nous amadouer. Mais on n’en veut pas de ce truc. Ça va rien changer du tout, tempête Lise Vial, une des porte-paroles des 'gilets jaunes' sur la Côte d’Azur. Certains vont à Monaco tous les jours. Ils font un plein chaque semaine à 70 euros. Ça fait 300 euros d’essence par mois. 20 euros par mois, ce n’est pas assez. »

« C’est déjà mieux que rien »

« Puis, les politiques n’ont pas compris que ce n’est pas qu’une histoire de carburant, poursuit la jeune femme. C’est une colère généralisée. On se bat aussi pour les retraites, les hôpitaux, contre l’augmentation de la CSG. »

Un autre gilet jaune reste mitigé après l'annnonce de Christian Estrosi : « Ce qu’il propose c’est pour essayer de calmer le peuple. Mais ça n’est pas grand-chose, avance Erick, dont les déplacements professionnels sont très fréquents. Moi je dépense presque 250 euros d’essence par mois… Après c’est déjà mieux que rien. »