Nice: Les études toujours «en cours» pour l'emplacement de la future prison

PROJET En juin, la ministre de la justice Nicole Belloubet avait annoncé l’hypothèse de la construction d’un futur centre pénitentiaire sur le plateau du Tercier, au nord d’Eze. Elle n’a pas encore tranché…

Mathilde Frénois

— 

Nicole Belloubet était en déplacement à Nice ce lundi.
Nicole Belloubet était en déplacement à Nice ce lundi. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • En déplacement à Nice ce lundi, la ministre de la justice Nicole Belloubet a indiqué que « les études sont en cours » à propos de l’emplacement de la future maison d’arrêt.
  • L’actuelle maison d’arrêt de Nice est en situation de surpopulation carcérale avec 700 détenus pour 338 places.

 

La remise des clefs de la prison de Nice semble encore bien loin. En déplacement dans la cité des Anges ce lundi, la ministre de la justice Nicole Belloubet a indiqué que « les études sont en cours » à propos de l’emplacement de la future maison d’arrêt.

« Nous allons faire la prison », a maintenu la garde des Sceaux en précisant que l’actuelle serait également maintenu. Mais la vraie interrogation reste : quelle commune des Alpes-Maritimes l’accueillera ? Et dans quels délais ? Sur ces questions, Nicole Belloubet n’a pas encore tranché.

Inauguration du tribunal administratif

Les murs du nouveau centre pénitentiaire auraient dû sortir de terre dans la plaine du Var. Les élus de la métropole Nice Côte d’Azur s’y opposant fermement, Nicole Belloubet avait annoncé fin juin 2018 une nouvelle possibilité : poser la première pierre sur le plateau du Tercier, au nord d’Eze. Mais depuis cette volte-face, c’est le temps des analyses. « C’est relativement long car nous faisons des études techniques et juridiques, précise-t-elle. Je n’ai pas de préférence. Le choix ira vers les conditions les plus adaptées. » Pourtant, il y a urgence. L’actuelle maison d’arrêt de Nice est en situation de surpopulation carcérale avec 700 détenus pour 338 places.

Ce lundi matin, la garde des Sceaux était en visite à Nice pour inaugurer un autre organe de la justice : le tribunal administratif de Nice. Longtemps implanté dans la fastueuse villa La Côte face à la mer Méditerranée, il déménage en centre-ville dans des locaux neufs et modernes pour un budget de quatre millions d’euros.