Nice: Des maîtres-chiens pour lutter contre les incivilités dans la rue

SECURITE Les chiens poseront leurs pattes sur cinq secteurs : Acropolis, la place Garibaldi, la place Cigalusa, la place Arson et la rue Rossetti…

Mathilde Frénois

— 

Depuis l’Antiquité, les chiens sont utilisés dans les guerres pour le combat, le dépistage ou en tant qu’éclaireurs.
Ces animaux prennent souvent autant de risques que leurs maîtres. Ils sont considérés comme des membres à part entière de l’armée.
Un chien aurait notamment accompagné les commandos qui ont tué Ben Laden.
Un chien détecteur d’explosif, âgé de 5 ans, à la base de Panjwai en Afghanistan, le 26 juin 2011.
Depuis l’Antiquité, les chiens sont utilisés dans les guerres pour le combat, le dépistage ou en tant qu’éclaireurs. Ces animaux prennent souvent autant de risques que leurs maîtres. Ils sont considérés comme des membres à part entière de l’armée. Un chien aurait notamment accompagné les commandos qui ont tué Ben Laden. Un chien détecteur d’explosif, âgé de 5 ans, à la base de Panjwai en Afghanistan, le 26 juin 2011. — BAZ BATNER / REUTERS
  1. L’expérimentation durera un mois dans les rues niçoises.
  2. L’objectif, pour la ville de Nice, est de limiter les regroupements, le bruit et l’occupation du domaine public.

Pour assurer sa sécurité, la ville de Nice s’équipe d’yeux supplémentaires… et d’un bon flair. Désormais, ce sont les chiens qui lutteront contre les incivilités, le temps d’une expérimentation d’un mois.

Les canidés poseront donc leurs pattes sur cinq secteurs : Acropolis, place Garibaldi, place Cigalusa, place Arson et rue Rossetti. « Ces relais permettent de faire remonter une situation précise, qui requiert l’intervention de la police, et d’assurer une présence préventive (...) pour réduire les incivilités dans ces secteurs soumis à un accroissement d’incivilités : regroupement, bruit, occupations du domaine public », explique la ville de Nice dans un communiqué. 

« Des sociétés privées »

Une annonce qui fait suite au ras-le-bol de certains commerçants de la rue Rossetti du Vieux-Nice, relayé mercredi dans Nice-Matin. Ils dénoncent des bagarres, des incivilités et des trafics de drogue. « Les maîtres-chiens, c’est une présence physique. C’est important car il y a les dealers en haut de la rue et les bagarres à la sortie des boîtes, affirment deux commerçants du secteur. Mais on espère que cette décision n’est pas un effet d’annonce et qu’elle s’inscrira dans la durée. »

C’est dans la rue Rossetti notamment que les maîtres-chiens patrouilleront.
C’est dans la rue Rossetti notamment que les maîtres-chiens patrouilleront. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Les gérants des boutiques ne sont pas les seuls à tempérer la mesure. C’est le recours à une entreprise de maîtres-chiens privée qui dérange l’élu d’opposition de gauche Patrick Allemand. « Il s’agit ni plus ni moins que de déléguer des missions de sécurité sur la voie publique à des sociétés privées », dit-il. 

Prévention

Juste après la publication de l’article du quotidien régional, le député LR Eric Ciotti demandait « une réunion d’urgence avec le préfet des Alpes-Maritimes pour évoquer la situation intolérable de la rue Rossetti à Nice qui est prise en otage par les dealers ». « C’est surtout l’urgence médiatique qui pousse aujourd’hui les uns et les autres à réagir… alors que les Niçois attendent depuis si longtemps de les voir agir, s’agace le responsable RN Philippe Vardon. De la place Garibaldi aux quartiers Ouest, en passant par la rue Rossetti et des pans entiers du centre-ville, c’est dans toute la ville qu’il est urgent de rétablir l’ordre et la sécurité. »

De son côté, la ville affirme avoir prévenu le préfet avant l’expérimentation, depuis de « nombreuses semaines », et disposer d’images issues de ses caméras de vidéosurveillance. Désormais, les chiens tenteront de jouer la carte de la prévention.