Côte d'Azur: Mi-magasin, mi-salle de classe, une boutique-école pour 20 apprentis-vendeurs

EN CONDITIONS REELLES Le dispositif Skola s'est implanté pour deux mois dans le centre commercial Polygone Riviera...

Fabien Binacchi

— 

Sur les 96 candidats, 20 on été sélectionnés
Sur les 96 candidats, 20 on été sélectionnés — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Le centre commercial Polygone Riviera, à Cagnes-sur-Mer, accueille la boutique-école Skola pendant deux mois.
  • Cette boutique qui comprend aussi une salle de classe accueille vingt apprentis-vendeurs.
  • Le dispositif est porté par la fondation Apprentis d’Auteuil.

Margot Habib était aux anges ce mercredi matin. Elle venait tout juste de faire sa première vente. Un sweat à capuche qu’elle a soigneusement emballé pour son client. « C’est fou comme ça m’a redonné confiance en moi ». Cette jeune Cagnoise de 18 ans est l’une des 20 apprentis-vendeurs de la boutique Skola, à Polygone Riviera.

Un magasin un peu spécial, ouvert dans le centre commercial de Cagnes-sur-Mer pour seulement deux mois. « C’est une école en conditions réelles », explique Julie-Anne Lisiecky, en charge de ce projet porté par la fondation Apprentis d’Auteuil.

Une salle de classe dans l'arrière-boutique

« Des personnes éloignées de l’emploi [âgées de 18 à 29 ans], sans diplôme et sans compétence professionnelle ont intégré notre formation qui mêle enseignement et application pratique », poursuit la responsable de l'initiative déjà testée à Marseille.

Une salle de classe a été montée dans l'arrière-boutique
Une salle de classe a été montée dans l'arrière-boutique - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Avec la complicité d’Unibail-Rodamco-Westfields, l’exploitant de Polygone Riviera, une salle de classe a été installée dans l’arrière-boutique avec vidéoprojecteur et tableau. De l’autre côté, de vrais étals et de vraies marques (Printemps, Kulte, Panafrica, Ma(e)vy et Olivier Desforges) qui ont accepté de jouer le jeu.

Objectif 100% de recrutement

Deux groupes ont été créés. Pendant que l’un suit des cours - 180 heures de formation au total, l’autre arrange les articles sur les étagères et passe derrière la caisse. « J’ai essayé plusieurs formations. Mais rester toute la journée dans une salle de classe, ça ne m’allait pas. Cette formule me confirme que je veux travailler dans la vente », explique le Niçois Wissam Boujlal, 18 ans lui aussi.

Deux mois seront-ils suffisants ? « L’objectif, c’est 100 % de recrutement à l’issue de la formation », assure Julie-Anne Lisiecky. « Les commerçants du centre ont été sensibilisés. Et certaines embauches semblent déjà se profiler », avance Guillaume Creuze, le directeur de Polygone Riviera.