Biot: Trois ans après les inondations mortelles, pluie de mesures sur la Brague

ORAGES Le 3 octobre 2015, cette commune des Alpes-Maritimes avait été submergée par l’eau, suite à de violents orages, faisant trois morts…

Mathilde Frénois
— 
Dégâts à Biot (Alpes-Maritimes), après les inondations du 3 octobre 2015.
Dégâts à Biot (Alpes-Maritimes), après les inondations du 3 octobre 2015. — JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP
  • Pendant trois ans, la ville Biot a entretenu les cours d’eau, a détruit un bâtiment obstacle à l’écoulement de l’eau et a développé un système de téléalerte.
  • La municipalité a appelé à une manifestation ce mercredi, à partir de 11 heures au rond-point de la Romaine.

A chaque orage, Francine Begou Pierini revit la nuit du 3 octobre 2015 : « Quand je vois arriver un énorme nuage noir, je mets toute la maison en sécurité », dit cette habitante du vallon de la Brague à Biot (Alpes Maritimes). Elle ferme les volets et met les objets en hauteur. Ces réflexes, Francine ne les avait pas il y a trois ans. Cette nuit-là, « une vague est passée au-dessus du portail », raconte-t-elle. A 100 mètres de sa maison, trois pensionnaires d’une maison de retraite sont décédés. Pour éviter que ces drames ne se reproduisent, la mairie de Biot a pris des mesures. Et il reste du travail.

« On a passé l’année 2016 à réparer, dit la maire de Biot, Guilaine Debras [mise en examen pour homicide involontaire]. La commune a déboursé 1,5 million d’euros. » Pendant trois ans, la ville a entretenu les cours d’eau, a détruit un bâtiment qui était un obstacle à l’écoulement de l’eau et a développé un système de téléalerte.

« L’A8, un véritable barrage »

« Ma maison a aussi été classée en zone rouge, précise Francine Begou Pierini, membre de l’Association pour la sauvegarde de l’environnement de Biot. Mais cette mesure ne me protège pas des inondations. On attend plus de travaux, surtout l’enlèvement des buses de l’autoroute. »

Une problématique que la maire affirme prendre à bras-le-corps, à coups de courriers aux sénateurs et ministères. « L’A8 est un véritable barrage avec ses buses sous dimensionnées, affirme-t-elle. On demande à l’Etat de faire pression sur Vinci pour faire les travaux, afin que l’eau passe sous l’autoroute. »

Se pose aussi la question des bassins de rétention qui compensent l’imperméabilité des sols. Les travaux devraient commencer fin 2019. Pour que « Biot soit protégée en amont de Biot », la municipalité a appelé à une manifestation ce mercredi, à partir de 11 heures au rond-point de la Romaine.