Nice: Des étudiants étrangers face au micmac du Crous

LOGEMENT Une soixantaine d’étudiants internationaux risquent d’être mis à la porte de leur résidence... 

Mathilde Frénois

— 

Cheick Amala n’a pas obtenu le renouvellement de son bail au Crous de Nice.
Cheick Amala n’a pas obtenu le renouvellement de son bail au Crous de Nice. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Ces étudiants étrangers n’ont pas obtenu le renouvellement de leur bail.
  • Les syndicats étudiants montent au créneau, pointant une discrimination.
  • Le Crous de Nice assure qu’il étudiera les dossiers au cas par cas.

Cheick Amala donne rendez-vous devant son immeuble. Mais cette résidence universitaire Jean-Médecin, il va devoir la quitter. Avec 68 autres étudiants internationaux, ce Malien scolarisé en éco-gestion à Nice n’a pas obtenu le renouvellement de son bail. Depuis le 31 août, il est à la porte de sa chambre.

« On a fait de la résistance ! On n’est pas sortis, explique-t-il. Ce n’est pas normal de ne pas avoir de réponse ou de recevoir un refus juste parce qu’on est étrangers. On a besoin de se préparer psychologiquement et matériellement à déménager. » Ne pouvant payer un loyer dans le parc privé et ayant besoin d’un logement pour prolonger les droits auprès de la préfecture, les étudiants étrangers ont constitué un collectif.

« Examiner au cas par cas »

Et ils ont trouvé l’appui de syndicats. « Les étudiants ne peuvent pas recevoir un e-mail mentionnant : “tous les logements réservés aux étudiants internationaux ont déjà été attribués”. Si le nombre maximum est atteint, c’est qu’il y a des quotas, donc c’est illégal, affirme Steven Prioul, de l’Unef. Cette résidence est surtout occupée par des étrangers d’origine africaine. Ce Crous fait des discriminations. »

De son côté, l’administration réfute. Elle pointe des travaux dans la résidence : « Ces étudiants n’ont pas fait l’objet d’une attribution de logement étudiant pour l’année universitaire 2018-2019 et ont été avertis depuis plusieurs mois de l’obligation de quitter le logement, est-il indiqué dans un communiqué. Le Crous de Nice-Toulon va examiner au cas par cas, comme il le fait habituellement, la situation de chacun, au regard de leur statut, des conditions personnelles de chacun et des contraintes des disponibilités. »

Après une réunion lundi, les étudiants dans l’urgence ont été hébergés par le Crous. « C’est bien la preuve qu’il y avait encore des places libres », fait remarquer Steven Prioul