Nice: «On nous considère comme des CRS low-cost», 60 policiers en colère se mettent en arrêt maladie

MOUVEMENT SOCIAL Depuis une semaine, 60 agents de la police nationale à Nice ont cessé le travail, se mettant en arrêt maladie…

Mathilde Frénois

— 

Des fonctionnaires de la Police nationale. Illustration.
Des fonctionnaires de la Police nationale. Illustration. — S. Alcalay / Sipa
  • Près de 90 % des effectifs de la compagnie départementale d’intervention (CDI) ont cessé le travail.
  • Ils pointent un manque de reconnaissance et des déplacements prévus à la dernière minute.

Leur mission : le maintien de l’ordre. Les policiers de la compagnie départementale d’intervention (CDI) sont mobilisés lors des événements exceptionnels dans les  Alpes-Maritimes. Ils assurent la sécurité lors des matchs de football, des concerts, du carnaval de Nice, de la fête des Citrons ou de l’Ironman.

Alors le 30 août, quand ils ont été appelés pour une mission dans le Var, ça a été « l’élément déclencheur ». Estimant un manque de reconnaissance, une soixantaine de policiers nationaux de Nice sont en arrêt de travail depuis une semaine.

« En surmenage »

« Nos collègues ont été avertis de ce déplacement le jour même. Or le Var n’est pas leur secteur, pointe Célya Boumedien, secrétaire départementale Unité SGP police FO. C’est inacceptable car ils ne peuvent pas organiser leur vie familiale. » Plus de 90 % des effectifs de la CDI sont en arrêt maladie. « Les collègues de la compagnie sont en surmenage à cause de ces missions à répétition avec des risques psychosociaux », pointe Nicolas Vincent, délégué Alliance.

Ne disposant pas de droit de grève, les policiers se sont mis en arrêt maladie. Contactée par ​20 Minutes, leur direction ne souhaite pas s’exprimer. Les policiers demandent un changement dans la gestion des équipes. Ils exigent aussi que les déplacements soient basés sur le bénévolat, avec une compensation financière et horaire. « Ce n’est pas le cas aujourd’hui, affirme Nicolas Vincent. On nous considère comme des CRS low cost. » Les CRS disposant, eux, de compensations financières lors des déplacements.