Nice lance une campagne de sensibilisation pour lutter contre la pollution de la mer

POLLUTION Près de 20.000 euros ont été investis sur cette campagne, sur les 170.000 euros avancés par la métropole pour lutter contre la pollution…

Alexandra Segond

— 

Des déchets au fond de la mer. (Illustration)
Des déchets au fond de la mer. (Illustration) — CROPIX/SIPA
  • La métropole de Nice Côte d’Azur vient de lancer une campagne de lutte contre les déchets marins, avec le slogan « Le monde du silence ne peut plus se taire ».
  • Cette campagne s’inscrit totalement dans le projet européen « Urban Waste », qui vise à sensibiliser et responsabiliser une gestion durable dans les villes à fort impact touristique
  • Cette campagne s’adresse donc autant aux locaux qu’aux touristes.

« Le monde du silence ne peut plus se taire », martèle l’affiche en grosses capitales. Jusqu’au 4 septembre, habitants et touristes de Nice verront la nouvelle campagne de prévention contre la pollution de la mer, lancée par la Métropole Nice Côte d’Azur. Cette campagne s’inscrit dans le projet européen «  Urban Waste », qui vise à sensibiliser et responsabiliser une gestion durable des déchets dans les villes à haut tourisme jusqu’en 2020.

Réseaux sociaux, communiqués dans la presse locale et sur les transports en commun, panneaux d’affichage, flyers… Nice ne laisse rien au hasard pour assurer la diffusion maximale de sa campagne et agir au mieux en conséquence. « Entre la Baie des Anges, le plan d’eau, les plages et les corbeilles de la Prom’, ce sont 3 à 5 tonnes de déchets récupérés chaque jour », indique Pierre-Paul Leonelli, adjoint à la mairie délégué à la propreté. Les beaux jours, les vacances estivales ou encore la vie nocturne sont autant de raisons qui interviennent dans la production des déchets.

Campagne de sensibilisation à la pollution marine, lancée par la Métropole de Nice en août 2018
Campagne de sensibilisation à la pollution marine, lancée par la Métropole de Nice en août 2018 - Métropole Nice Côte d'Azur - Communiqué de presse

« Les quantités de déchets augmentent en fonction du flux touristique »

Sur les 170.000 euros que coûtent les actions pour la propreté de la métropole, 20.000 euros sont consacrés à la campagne sur les déchets marins. « Ce n’est pas parce qu’on les voit moins qu’ils sont moins nocifs que les déchets terrestres », poursuit Pierre-Paul Leonelli. Chacun doit prendre ses responsabilités, les locaux comme les touristes. « Les quantités de déchets augmentent en fonction du flux touristique, et à certaines périodes de l’année, le nombre d’habitants de Nice peut doubler », explique l’élu. Il faut en effet garder en tête que l’aéroport de Nice représente chaque année près de 14 millions de voyageurs.

Plusieurs actions concrètes ont été mises en place par la ville, telles que la distribution de doggy bags dans les restaurants, ou l’installation de 3.000 consignes de tris dans les bâtiments touristiques. Des équipes de nettoyage interviennent tous les jours dès 5h du matin, en ville comme sur les plages. Des stands de sensibilisation ont été installés et des distributions de cendriers de poche ont lieu régulièrement sur les plages. Par ailleurs, Pierre-Paul Leonelli confie avoir parlé au maire de Nice Christian Estrosi pour rendre à l’avenir toutes les plages de Nice « sans- tabac ».

>> A lire aussi: On est monté à bord du «premier bateau lessiveur de galets de France»

>> A lire aussi: Les plages de Nice accueillent des soirées... et leurs débordements