Nice: L’aéroport inaugure un système de reconnaissance faciale

TECHNOLOGIE L’aéroport de Nice va commencer à utiliser la reconnaissance faciale pour le contrôle aux frontières, devenant alors le deuxième aéroport français à s’équiper de ce système...

Alexandra Segond avec AFP

— 

L'aéroport de Nice le 10 mai 2016. Lionel URMAN/SIPA
L'aéroport de Nice le 10 mai 2016. Lionel URMAN/SIPA — SIPA

Quand la technologie s’envole. Depuis aujourd’hui, l’aéroport de Nice utilise un système de reconnaissance faciale automatique lors des contrôles aux frontières.

Il s’agit de comparer le visage du voyageur avec la photo stockée dans le microprocesseur de son passeport biométrique, via des bornes. Après les Aéroports de Paris, Nice devient donc la deuxième plateforme aéroportuaire à s’équiper de cette technologie.

Un système en plein décollage

De plus en plus d’aéroports dans le monde misent désormais sur cette technologie. Selon Didier Trutt, le PDG d’IN Groupe qui a réalisé les bornes de reconnaissance faciale associé au suédois Gunnebo, c’est avant tout pour une question de rapidité : « Sur de la reconnaissance d’empreinte [utilisée jusque-là dans les systèmes de contrôle automatisés en France], vous avez deux passagers par minute en moyenne qui passent. Sur la reconnaissance faciale, on est plutôt à trois par minute ».

« L’enjeu est évidemment de réduire les temps de contrôles pour nos passagers, sans aucun compromis pour la sécurité », commente Dominique Thillaud, le président d' Aéroports de la Côte d'Azur. Les bornes remplacent le contrôle par un policier pour les ressortissants de l’Union européenne prenant ou quittant un vol international (hors de la zone Schengen​). Ôter le contact physique grâce à la machine permettrait également, selon Didier Trutt, d’enlever « du stress » aux passagers.

>> A lire aussi : Comment l'aéroport de Nice bat des records (et veut encore aller plus loin)